Victorien Erussard, Navigateur et Capitaine d'Energy Observer est l'invité de 7h50.

Un "bus de mer" alimenté par de l'hydrogène, premier du genre à transporter des passagers en France, est parti de La Rochelle pour assurer la liaison entre le port de plaisance des Minimes et le Vieux port.  Dans le cadre du projet Yélo 2, mené sous l'égide de la Communauté d'agglomération de La Rochelle, la navette maritime a vu ses batteries classiques remplacées par quatre réservoirs d'hydrogène cachés sous une banquette pour les passagers. Cet hydrogène est injecté dans une membrane, créant de l'électricité par électrolyse pour alimenter le moteur du bateau.  

D'autres expérimentations sont déjà en cours à Nantes, en Allemagne ou en Angleterre mais uniquement en milieu fluvial.  Grâce à ce dispositif quatre fois plus léger que les batteries électriques (environ 200 kg contre 800 kg), le passeur "Galilée" gagne en autonomie, en vitesse et en capacité de transport (75 à 87 personnes). 

La pile à combustible a été conçue par le groupe de pneumatiques Michelin dans le cadre d'un "programme d'incubation" des nouvelles technologies.  L'expérimentation, qui doit durer jusqu'au 31 août 2018, permettra "de tester la résistance du matériel en milieu marin, hostile, et de prouver aux passagers que l'hydrogène n'est pas plus dangereux que l'essence", souligne Philippe Pallu de la Barrière, "père" du projet et fondateur de la société rochelaise Alternatives énergies.

On a fait 8 films de 52 min ont été tourné sur le bateau pour la chaîne Planète de Canal Plus ainsi qu'une web série qui sera diffusée fin septembre "pour montrer toutes les solutions durables que nous avons rencontrées à travers le monde", explique Victorien Errusard. 

Les invités
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.