Elle est désormais soutien de François Fillon, la première adjointe au maire de Bordeaux qui a fondé son mouvement « DroiteLib » est l'invité d'Alexandra Bensaid.

Virginie Calmels aux voeux d'Alain Juppé en janvier 2017
Virginie Calmels aux voeux d'Alain Juppé en janvier 2017 © Maxppp / Bonnaud Guillaume

La première adjointe du maire de Bordeaux Alain Juppé, désormais soutien de François Fillon, était l'invitée ce mardi d'Alexandra Bensaid. Virginie Calmels y a défendu de nouveau le candidat Les Républicains pour la présidentielle, fragilisé dans les sondages et dans sa campagne par plusieurs affaires.

► LIRE AUSSI | Fillon dégringole d'après le baromètre Odoxa pour France Inter

Virginie Calmels le reconnaît, les révélations du Canard enchaîné il y a deux semaines a fortement compliqué la campagne de la droite :

Des révélations qui créent même la confusion au sein de la famille politique de François Fillon, avec l'émergence lundi de parlementaires LR frondeurs. Une crainte balayée par Virginie Calmels, qui veut recentrer les esprits sur "une famille politique unie".

Pour ce faire, Virginie Calmels admet que les montants invoqués peuvent sembler "choquants" pour les électeurs, mais rappelle que c'est une somme d'argent public utilisée "légalement" par les parlementaires.

"Ne pas laisser Madame Le Pen aux portes du pouvoir"

L'adjointe au maire de Bordeaux veut mettre ces deux semaines de "tribunal médiatique", élément de langage utilisé la semaine dernière par François Fillon.

Elle rappelle que "la probité" du candidat LR n'a pas été remise en cause et que l'essentiel, pour elle, c'est de faire barrage au FN.

► LIRE AUSSI | Le Fillon Gate

► REVOIR | L'interview de Virginie Calmels par Alexandra Bensaid

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.