Charlotte Girard est l'une des porte-paroles de la France Insoumise et co-responsable du programme de Jean-Luc Mélenchon, L’Avenir en Commun. Elle est l'invitée de Léa Salamé.

Charlotte Girard
Charlotte Girard © Le Parisien

Alors que la présentation par le Modem du projet de loi de moralisation de la vie publique, Charlotte Girard, l'une des porte-paroles de la France Insoumise, estime que "le discours sur la moralisation de la vie publique peine à masquer des dysfonctionnements sur l'attitude vertueuse des élus":

"Les gens sont victimes de la logique de la Ve République", poursuit Charlotte Girard, "avec un système qui décourage l'attrait pour les élections législatives". Répondant à la forte abstention enregistrée dans les rangs des électeurs de la France Insoumise lors du premier tour des législatives, Charlotte Girard évoque "la faute de l'usure".

Sur le soutien de Benoît Hamon affiché à la candidate de France Insoumise à Evry, face à Manuel Valls, l'une des porte-paroles de Jean-Luc Mélenchon réagit : "C'est aussi de circonstance, pour marquer son opposition à Manuel Valls (...) Le soutien de Benoît Hamon arrive un petit peu tard".

La perception du soutien communiste, elle, est différente :

Quand au mode de scrutin, Charlotte Girard rappelle la revendication de son camp pour des élections au scrutin proportionnel : "Ce mode de scrutin ne favorise pas les formations qui ne sont pas les premières. Emmanuel Macron [le] repousse (...) parce qu'il n'y a pas intérêt".

Sur "l'aura" de Jean-Luc Mélenchon

Charlotte Girard assure qu'il n'y aucun culte de la personnalité au sein de la France Insoumise, mais reconnait [qu'il n'y a] "pas beaucoup de tribun de cette trempe".

Il n'y a pas de rapport vertical. Ce ne sont pas des décisions qui viennent du chef. Nous sommes pour un système populaire

Les invités
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.