L'ex-ministre socialiste de l'écologie Ségolène Royal, invitée d'Inter jeudi, juge que les soignants "en ont assez des médailles et des remerciements" et qu'ils méritent une revalorisation de leur métier.

"Les soignants en ont assez des médailles et des remerciements", estime l'ex-ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal. "On leur a promis une prime de risque fin de mai, on découvre que ce ne sera pas le cas. On leur a promis une revalorisation de leur métier, il faut tenir parole à leur égard", estime l'ancienne ministre socialiste. "Ils ont montré leur ingéniosité, leur esprit d’équipe, ils ont réussi à soigner les Français, ils ont été privés de leurs enfants. Aujourd'hui encore, on ne connaît pas le nombre de décès parmi les soignants : il faut donner de la visibilité à leur souffrance, éviter le retour de la chape de plomb bureaucratique sur leur tête, revaloriser enfin ces métiers – essentiellement féminins, ce n’est pas hasard si c’est si long. Et que les enfants de soignants soient reconnus pupille de la nation." 

Ségolène Royal estime aussi "choquant" que le laboratoire Sanofi réserve les premières doses d'un vaccin aux Etats-Unis s'il venait à en trouver un. "C’est choquant mais ça permet de réfléchir à deux choses :  d’abord il est évident que la santé doit être exclue du marché financier ; ce n’est pas un bien comme un autre. La seconde, c’est que si Sanofi affirme que les États-UNIS ont des procédures plus accélérées et disposent d’un plus grand nombre de seringues, c’est un défi pour nous : soyons prêts en nombre de seringues et en procédures simplifiées pour que si un vaccin est trouvé, nous soyons prêts."  

"Cessons d'être des prédateurs de la nature"

Selon Ségolène Royal, "c’est la moindre des choses" qu'Air France abandonne les liaisons courtes en France. "Au-delà, il faut une rupture technologique… quelle est la nouvelle génération d’avions, qui va utiliser des carburants non polluants, faire zéro bruits, protéger la santé des riverains, des passagers et de la planète ?"

L'ex-ministre trouve également "passionnant" de voir "que les humains sont malades à cause d’un petit virus qui bloque la planète toute entière mais que la planète guérit" en parallèle. "L’air devient plus pur, il n’y a plus de bruit, les insectes reviennent. La planète guérit alors que les humains sont malades. C’est la destruction de la nature qui a suscité ces maladies. Si l'on ne prend pas cela en considération, on fera fausse route et cela recommencera ; on ne pourra pas dire qu’on n’était pas prévenu. Cessons d’être des prédateurs de la nature." 

  • Légende du visuel principal: Ségolène Royal © Radio France / Anne Audigier
Les invités
  • Ségolène RoyalAmbassadrice chargée de la négociation internationale pour les pôles Arctique et Antarctique
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.