Il a consacré sa vie à Madagascar. Père Pedro Opeka, prêtre, fondateur de l’association humanitaire Akamasoa, est l'invité de 7h50.

Sur l'île de Madagascar, une importante sécheresse gagne du terrain. L'ONU redoute un désastre humanitaire. "Cela fait trois ou quatre ans qu'il n'a pas plu", explique Pedro Opeka, fondateur de l’association humanitaire Akamasoa. "Les gens souffrent, ils essaient de réagir, il faut amener de l'eau". Avec les enfants scolarisés, ce prêtre plante chaque années 30 000 arbres pour reboiser l'île. "Madagascar a une biodiversité formidable, mais le feu a détruit beaucoup de forêts..."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Dans ce pays où neuf habitants sur dix vivent sous le seuil de pauvreté, Pedro Opeka évoque "un combat corps à corps avec la misère". "Un enfant sur deux est malnutri, beaucoup d'endroits sont enclavés, il n'y a pas de routes... Mais s'il y a une richesse à Madagascar, ce sont les enfants. C'est l'un des pays les plus jeunes au monde. J'ai confiance dans ces jeunes Malgaches qui ne vont pas laisser tomber leur pays."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Son association, Akamasoa, "accompagne les plus pauvres jusqu'à la fin de leur vie", de la scolarisation jusqu'au cimetière. "On est obligé de le faire. Mais on n'a pas assez de moyens pour satisfaire tous les besoins."

Covid-19

L'épidémie de Covid-19 a fait 800 morts à Madagascar, selon les autorités. "Quel pays peut se vanter d'avoir bien géré ? Madagascar, avec des moyens assez simples, a fait face. Pendant la pandémie il faut se donner la main, c’est seulement dans l’union, face à cet ennemi invisible, qu’on va vaincre."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

  • Légende du visuel principal: Père Pedro Opeka dans le studio de France Inter, ce vendredi 14 mai © Radio France / capture d'écran
Les invités
L'équipe
Contact
Thèmes associés