Yolande Moreau est l'invitée de Léa Salamé à 7h50 à l'occasion de la sortie du film "Rebelles", réalisé par Allan Mauduit.

Yolande Moreau
Yolande Moreau © Radio France / Céline Villegas

« Moi, je n’aurai pas la prétention de dire que je suis rebelle. J’aimerais bien mais pour moi ça s’apparente à quelque chose de politique. Je pense plutôt à des pays où les femmes se battent pour des choses vraiment fortes. Moi, je suis contre la feuille de salade sous le steak… » répond Yolande Moreau quand Léa Salamé lui demande si elle est rebelle.  

Elle qualifie le film Rebelles dont elle est l'une des trois principales interprètes, d’amoral : 

Ce n’est pas un film social, on travaille juste dans une usine.

Elle explique que le film n’est pas à proprement parler féministe. Pour elle, ces héroïnes ce ne sont pas des pleureuses. « Dans le temps, on aurait appelé nos cousins à la rescousse ou nos frères ou nos maris et on serait restées à la maison en étant inquiètes. »

Dans le film, les trois héroïnes ne comptent que sur elles-mêmes, sur elles trois.  Elle explique que le rôle était jouissif à jouer. 

Cette question du rôle des femmes et de leurs droits occupe une place importante dans la vie de l'artiste. Yolande Moreau dit à sa fille et ses petites-filles de continuer le combat féministe : 

Il y a des droits qu’on nous retire… Il y a des pas en arrière même en France.

Au sujet des « gilets jaunes », elle trouvait formidable qu’il y ait une parole qui se libère mais parfois certains messages l’ont effrayée :

Il y a une montée des extrêmes droites un peu partout en Europe. On n’est pas à l’abri.

Les invités
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.