Le Conseil du numérique fustige la nouvelle base de données numérique, le fichier TES, alors qu'un débat va avoir lieu au Parlement, le président du CNN est l'invité de Léa Salamé.

Mounir Mahjoubi
Mounir Mahjoubi © Maxppp / Vincent Isore

Facebook a-t-il fait élire Donald Trump ? Ou en tout cas, la diffusion de l'information sur le réseau social ? Pour Mounir Mahjoubi, la perception de l'actualité sur le site de Mark Zuckerberg pose problème. "Facebook se présente comme une plateforme neutre, mais c'est une hyper caisse de résonance", explique-t-il, fustigeant le fameux algorithme qui vous propose de dire en priorité des articles qui vont dans votre sens ou qui sont particulièrement populaires. "Cet algorithme n'est pas neutre. La vrai question démocratique, c'est qu'on y a pas accès."

Du coup, Facebook développerait non pas une pensée unique, mais de multiples "pensées uniques". "Facebook permet des choses inquiétantes, comme la création d'îlots. Des gens qui se regroupent entre eux, et qu'on ne voit plus. C'est le cas notamment de la fachosphère."

En France, il s'inquiète également du développement du fichier TES, "la plus grosse base de données de l'Histoire sur les Français". Elle doit permettre de centraliser ces données mais présente des risques. "Elle contiendra notamment les empreintes digitales, une information qui ne changera jamais dans une vie. Ces empreintes ne devraient servir qu'à une chose : permettre de vérifier l'authenticité d'une pièce d'identité". Il réclame donc qu'on rendre "facultatif le fait de donner son empreinte quand on veut juste faire une carte d'identité".

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.