Le coordinateur du projet présidentiel de la présidente du FN est l'invité d'Alexandra Bensaid.

Jean Messiha, proche conseiller de Marine Le Pen et probable candidat FN aux élections législatives 2017 à Mulhouse. 18 novembre 2016
Jean Messiha, proche conseiller de Marine Le Pen et probable candidat FN aux élections législatives 2017 à Mulhouse. 18 novembre 2016 © Maxppp / Darek Szuster

Le coordinateur du projet présidentiel de Marine Le Pen, présidente du Front national, était ce matin l'invité d'Alexandra Bensaid. Jean Messiha y a défendu la position du FN en écho aux violences policières qui embrasent les cités, à Aulnay-sous-Bois notamment.

Soutenant ouvertement les policiers, le FN n'est pas "le parti des casseurs", ni celui de "ceux qui brûlent", a affirmé Jean Messiha. Sans se prononcer sur l'origine des heurts qui surviennent depuis plusieurs jours à Aulnay-sous-Bois, après le viol présumé de Théo et les révélations, mardi, d'une autre affaire de violence policière, le coordinateur du projet électoral du FN a estimé que ces quartiers sont "des poudrières" et qu'il suffit d'un rien pour les embraser.

"Nous sommes en faveur d'une réduction drastique de l'immigration"

Interrogé ensuite sur le projet de Marine Le Pen de réduire drastiquement l'immigration, avec un solde migratoire positif de 10 000 entrants par an, Jean Messiha a répondu au paradoxe entre ses origines personnelles et sa réussite professionnelle en justifiant cette dernière par des conditions d'encadrement qui ont permis ce "parcours qualitatif".

Des conditions qui expliquent selon lui la position assumée du FN pour une "réduction drastique" du solde migratoire, afin de pouvoir mieux accueillir et prendre en charge les migrants qui s'installent en France.

Quel financement pour le programme du FN ?

Face à Alexandra Bensaid, Jean Messiha a expliqué que le FN ne situe pas "dans une optique comptable", même s'il assure que des économies peuvent être réalisées pour assurer le financement du programme présidentiel du FN. Meilleure répartition des fonctionnaires, économies sur la santé ou l'immigration, le coordinateur du projet s'est défendu des questionnements sur le coût du programme :

► REVOIR | L'interview intégrale de Jean Messiha par Alexandra Bensaid

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.