Najat Vallaud-Belkacem, ancienne ministre de l'Education et candidate dans la 6e circonscription du Rhône, est l'invitée de Léa Salamé.

 L' ancienne ministre de l'Éducation, Najat Vallaud-Belkacem, lors du rassemblement de la Belle Alliance, le 3 décembre 2016.
L' ancienne ministre de l'Éducation, Najat Vallaud-Belkacem, lors du rassemblement de la Belle Alliance, le 3 décembre 2016. © Maxppp / Benoit Tessier

L'ex-ministre de l'éducation de François Hollande fait partie des figures de gauche qui se retrouvent en position très délicate après la vague La République en Marche qui a submergé les urnes pour ce premier tour des élections législatives.

Pour autant, Najat Vallaud-Belkacem réfute l'idée d'une gauche rejetée par l'électorat :

Dimanche, des camarades de gauche ont été défaits simplement parce qu'ils ont choisi d'être fidèles à leurs valeurs et de les défendre, à un moment où c'est devenu suspect d'en avoir. Je ne trouve pas que ce soit l'honneur de notre démocratie

Le prix du quinquennat écoulé ?

''Il y a eu des désillusions, des insatisfactions, on me l'a dit", reconnait Najat Vallaud-Belkacem. "Il y a aussi des choses qui ont été bien faites, pour faire avancer notre pays, et qui n'ont pas été mises en valeur, mais le temps n'est pas forcément venu de faire l'inventaire du quinquennat Hollande. La question aujourd'hui est celle de la situation politique" :

La majorité, Emmanuel Macron l'aura à l'Assemblée et elle sera large. Ce qui est en jeu aujourd'hui, c'est de désigner des députés capable de lui apporter la contradiction nécessaire au débat démocratique

"S'il n'y a pas de députés de gauche pour apporter ces contradictions, qui le fera? Pas une armée pléthorique de députés LREM qui seront pieds et poings liés par un acte de gouvernance par lequel ils devront voter tout ce qui leur sera présenté au gouvernement".

Pour l'ex-ministre, "aller plus vite" ne permettra pas pour autant de ne plus connaitre les "errements du passé" :

Il y a toute une gauche à laquelle je suis fière d'appartenir qui mérite d'être rénovée, repensée

Le Ps a déçu, c'est clair, mais Najat Vallaud-Belkacem met en garde contre la figure du nouveau président, avec qui elle a partagé une place au sein du gouvernement Hollande :

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.