Alors que la grève des salariés d'iTélé entrait ce lundi dans sa 5e semaine, la ministre de la Culture et de la Communication a reçu les dirigeants de la chaîne.

Audrey Azoulay en octobre 2016
Audrey Azoulay en octobre 2016 © Getty / Marc Piasecki

Le dossier est épineux mais la ministre de la Culture espère le régler dans les jours qui viennent, alors que la chaîne d'information en continue bat des records de grève dans une entreprise de presse. Un combat essentiel, selon elle : "Il ne concerne pas seulement les journalistes mais aussi l'information donné au public. i-Télé est une chaîne d'info, c'est pour ça qu'elle a eu une fréquence. Cette convention doit être scrupuleusement respectée".

Elle évoque également la récente loi sur la presse qu'elle a défendue : "La charte et le comité éthique qui n'existaient pas ou qui étaient moribonds seront désormais obligatoires", explique-t-elle. "La situation a montré que cette loi était plus que jamais nécessaire".

La chaîne d'information ne dépend pas de l'État, mais d'un actionnaire privé, Vincent Bolloré. Mais pour Audrey Azoulay, cela ne change rien : "On n'est pas dans une entreprise comme une autre. Pour protéger la déontologie, il faut une séparation claire entre les intérêts des actionnaires et l'information." Quant à la trumpisation de l'information, qu'elle dénonçait : "on ne mélange pas l'information et le spectacle".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

François Hollande ou Emmanuel Macron ?

La ministre ne cache pas sa sympathie pour son ancien collègue de l'Économie, mais pas question de faire de la "politique fiction" en imaginant une éventuelle candidature. "C'est quelqu'un qui a beaucoup de talent, qui a le mérite d'être nouveau. Nous sommes dans une période qui a besoin de nouveauté."

D'autant que tout est suspendu à la question de la candidature du président de la République sortant. "Je souhaite qu'il soit candidat", assure Audrey Azoulay. Et à défaut, Manuel Valls ? "C'est encore de la politique fiction..."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Les invités
  • Audrey AzoulayDirectrice générale de l'UNESCO - Ancienne ministre de la Culture et de la Communication
L'équipe
Contact