Matthieu Aron et Frédéric Pierucci sont les invités de Léa Salamé à 7h50 pour la sortie du livre "Le piège américain, l'otage de la plus grande entreprise de déstabilisation économique témoigne" (éditions JC Lattès).

Matthieu Aron et Frédéric Pierucci sont les invités de Léa Salamé à 7h50 pour la sortie du livre Le piège américain, l'otage de la plus grande entreprise de déstabilisation économique témoigne (éditions JC Lattès). 

Frédéric Pierucci, ex-président de la filiale chaudière d’Alstom, a té arrêté le 14 avril 2013 à New York par le FBI pour une affaire de corruption et de pots de vins en Indonésie. 

Un an plus tard, Alstom est vendu à son concurrent américain General Electric. Etait-ce la finalité de l'opération pour les Etats-Unis : mettre la main sur cette filiale française ?  

Pour le journaliste Matthieu Aron, grand reporter à l'Obs,  "La justice américaine poursuivait Alstom depuis 2009. Elle a demandé à Alstom de s’auto incriminer. Le patron d’Alstom Patrick Kron a  fait croire qu’il faisait sa propre enquête, et ne l'a pas fait. C’est pour cela que les Américains ont arrêté des cadres, pour faire peur à Patrick Kron.  

Les Etats-Unis se sont auto institués gendarmes du monde

Une fois Pierucci en prison, General Electric a racheté la filiale d'Alstom aux Etats-Unis. Pour Matthieu Aron, à l'époque Arnaud Montebourg, alors ministre,  a tout fait pour qu’Alstom reste français, alors qu'Emmanuel Macron (secrétaire général de l'Elysée) "a laissé faire". "Il a dit qu'il avait la conviction que les choses se passaient d'une drôle de manière mais qu'il n'avait pas la preuve absolue". 

"J'ai écrit ce livre pour alerter les cadres et les entreprises"

Frederic Pierucci a été licencié par Alstom car il a plaidé coupable devant la justice américaine. Il a fait ce choix pour éviter de passer 15 à 19 ans en prison. En prison, dans un dortoir de 72 personnes, il a côtoyé "le dernier survivant de la french connection", qui lui a appris les règles de survie dans ce milieu carcéral. 

"Je suis sorti fin septembre  il y a encore quelques semaines alors que j’avais pour voisin un homme d' El chapo, le baron de la drogue, qui avait tué des dizaines de personnes et un autre qui avait voulu se faire exploser dans le métro", raconte Frederic Pierucci.

Légende du visuel principal:
Frédéric Pierucci © Brigitte beaudesson
Les invités
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.