Cofondateur et ancien dirigeant de la radio l'Echo de Moscou, l'un des médias encore autorisés à travailler librement en Russie, Youri Fetoudinov est l'invité de Nicolas Demorand à Moscou.

Youri Fetoudinov est le cofondateur de la radio l'Echo de Moscou, l'une des rares à pouvoir encore travailler librement dans une Russie où les médias sont strictement encadrés ? Pas vraiment, selon lui : "Il est désormais impossible de contrôler le web, et celui-ci est activement présent sur le territoire russe. Il y a de nombreux médias web qui essaient de maintenir la balance entre l'objectivité et, comme on dit, une ligne à ne pas dépasser. Les autorités en sont parfaitement conscientes", explique-t-il, ajoutant que c'est surtout la télévision qui est aujourd'hui extrêmement contrôlée. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

"La télévision essaie comme une girouette de deviner ce que sera le président de demain : elle rajoute de la gloire"

Comment travailler librement ? "La liberté se négocie en permanence, avec énormément d'interlocuteurs, pas seulement au Kremlin, avec aussi l'administration de Moscou aussi par exemple". Youri Fetoudinov note aussi que certains médias arrivent à passer entre les mailles du filet : "A Nijni Novgorod, il y a une radio qui a fait un reportage extrêmement courageux sur un rassemblement de l'opposant Alexandre Navalny, il y a deux semaines. Elle fonctionne toujours", se félicite-t-il. 

Pour sa part, Youri Fetoudinov, même s'il siège toujours au conseil de surveillance du média qu'il a créé, en a été limogé il y a quatre ans, "pendant les olympiades de Sotchi et l'occupation de la Crimée, parce que la radio disait ce qu'elle avait à dire (...) On était sûrs que ça tournerait mal, ça a mal tourné pour le pays, y compris au niveau international", même si "à l'époque beaucoup de choses étaient encore permises, on avait dit qu'il y avait des gens armés en Crimée qui étaient visiblement des forces armées russes". 

Comment l'homme de média interprète-t-il l'action de la Russie à l'international ? "Ce que j'observe c'est que le pays de renferme de plus en plus sur lui-même : c'est une bonne stratégie pour se maintenir au pouvoir". Il émet l'hypothèque que le président russe "demande à la communauté internationale de le prendre en considération (...), c'est une tentative de faire parler de soi". Il note également des dérives inquiétantes : "Quand la télévision dit qu'après la débâcle de l'URSS la Russie a perdu 26% de son territoire, c'est inquiétant, parce que ce n'est pas la Russie, c'est l'URSS, un pays qui n'existe plus"

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

  • Légende du visuel principal: Youri Fetoudinov dans le studio de France Inter à Moscou © Radio France / Capture d'écran
L'équipe
Contact