Son film "Les fantômes d'Ismaël" fait l'ouverture du Festival de Cannes "Hors compétition". Le réalisateur, ancien membre du Jury, est l'invité de Léa Salamé.

Arnaud Desplechin et Mathieu Amalric sur le tournage du film "Les fantômes d'ismaël"
Arnaud Desplechin et Mathieu Amalric sur le tournage du film "Les fantômes d'ismaël" © Jean-Claude Lother / Why Not Productions

Au sujet de l'élection d'Emmanuel Macron, Arnaud Desplechin se dit soulagé. "J'ai été soulagé, je craignais un score terrible de Marine Le Pen. J'ai voté fièrement Macron, comme j'avais voté Chirac. Mais il ne faut pas qu'on ait un premier ministre et un président sourds."

Monter les marches ? "C'est une grande émotion qu'on nous accueille pour l'ouverture. Cette salle renvoie un grand amour aux acteurs."

Est-ce que c'est risqué ? "Je suis protégé par Thierry Frémaux, et le film fait l' ouverture. Faire l'ouverture du festival, je n'ai même pas peur ! "

"Les fantômes d’Ismaël, c'est tout ce tout ce que je m'autorise pas à faire. Cela permet de mieux vivre de faire des films. J'ai besoin d'en voir aussi."

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.