Le professeur Axel Kahn, président de la Ligue contre le cancer, médecin, généticien et essayiste, auteur de "Et le bien dans tout ça?" (Stock), est l'invité de 7h50.

Axel Kahn a annoncé il y a quelques jours être lui-même malade du cancer, même s'il ajoute immédiatement : "En réalité, ma maladie a été rendue publique à partir du moment où elle ne pouvait plus être tue. La Ligue contre le Cancer est une très grande association, l’un des supports principaux à la recherche contre le cancer dans ce pays, en soutien à toutes les personnes malades. Traditionnellement, l’élection de son président est une information, par conséquent lorsque le président est tenu du fait de son état de santé de préparer l’intérim de sa présidence, c’est une information. Ce n’est pas parce que l’envie m’en a pris."

"Je lutte contre le cancer et il se trouve que la patrouille m’a rattrapé : moi aussi, j’ai un cancer", explique le professeur. "Par conséquent, je vais mener deux combats : un qui est personnel, totalement personnel, que je vais mener seul ; mais puisqu’il me reste un peu de temps, je vais essayer d’optimiser ce temps qui me reste."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

"Je comptais finir toute une série de réorganisations fondamentales pour mieux lutter contre le cancer, avoir plus de moyens, mieux aider les personnes malades. Je vais profiter des jours qui viennent pour dire à chacun des leaders “aidez-moi, continuez mon combat, je compte sur vous”. Notre combat contre le cancer est juste, notre combat pour les personnes atteintes du cancer est éminemment juste."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Comment va-t-il à l'heure actuelle ? "Je vais assez bien pour vous répondre, clairement. Mais si j’ai été obligé de quitter la présidence effective de la Ligue, c’est que les raisons ont été importantes. On ne sait jamais de quoi l’avenir sera fait. Étant moi-même cancérologue, le plus probable est que je sois en train de parcourir l’itinéraire final de ma vie."

"C’est une période très importante de ma vie"

"C’est intéressant comme expérience : on ne vit qu’une seule fois, puisqu’ensuite on est mort", raconte Axel Kahn. "Je me demandais quelle serait mon attitude en m’approchant de la mort : voilà, je m’en approche, et je le vis. Je ne le fais pas en chantant, j’aime la vie. Mais je ne le fais pas non plus dans la terreur, je le fais avec détermination. C’est une période très importante de ma vie. J’ai souvent dit que personne n’est autre chose que ce qu’il fait : imaginons qu’il me reste trois ou quatre semaines à pouvoir faire, alors le choix de ce que je fais, la manière dont je le fais, sont plus importants que jamais."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

"J’avais été très marqué par l’affirmation d’Oscar Wilde “je veux faire de ma vie un chef-d’œuvre”, car chacun se rappelle les conditions de la fin de vie d’Oscar Wilde. Moi je n’ai pas l’outrecuidance de le dire, j’aimerais bien que l’on puisse dire “c’est pas mal”. Le défi personnel que je me lance, c’est que j’aimerais que ma mort soit un chef d'œuvre."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Il conclut : "Qu’est-ce que le bonheur ? C’est le moment à partir duquel vous vivez ce que vous espériez vivre. Où il y a adéquation entre le ressenti de votre vie et ce que vous espériez. Mort ou pas mort, j’ai été intensément heureux !"

Après la mort, il n’y a rien, mais il y a peut-être le souvenir que vous pourrez garder de moi, et ça c’est une forme d’immortalité.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

  • Légende du visuel principal: Axel Kahn © AFP / JOEL SAGET / AFP
Les invités
  • Axel KahnMédecin-chercheur en génétique, président de la Ligue Nationale contre le Cancer
L'équipe
Contact