La députée européenne Rachida Dati est l'invitée de Léa Salamé à 7h50.

L'Europe et Paris

Commentant le discours d'Emmanuel Macron devant les euro députés, Rachida Dati constate qu'aucun pays européen ne l'a suivi sur l'idée de faire des listes transnationales pour les prochaines élections européennes. 

Hier c’était un discours de grands principes. Mais il manquait d’adapter à la réalité. 

Ce que dit Emmanuel Macron, selon Rachida Dati, c'est que "les riches n’ont pas besoin de président mais nous les benêts on doit être sous tutelle du président de la république".  

Quelle lecture doit-on avoir de la position de LR sur l'Europe ? 

Notre parti n’a jamais dit qu’il était contre l’Europe, mais il y a des champs de compétence sur lesquels les pays doivent rester maîtres

Rachida Dati dit qu'elle n'a pas accepté d’être tête de liste européenne Les Républicains. Se réserve-t-elle pour les élections municipales à Paris ? Pas de réponse. 

Je ne réponds pas.  On sera derrière celui qui sera le plus à même de gagner. 

Loi Asile et  immigration : un ajustement

Pour Rachida Dati, la loi Asile et Immigration n'apporte rien de neuf réellement. 

C'est un ajustement technique

Réforme judiciaire

Rachida Dati constate que les programmes de construction de places dans les prisons ne sont pas lancés, et que Nicole Bellouet annonce un texte  et dit "J’ai un texte mais ce qui est dedans je ne  vais pas le faire". 

Les invités
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.