Le candidat du Rassemblement national pour les européennes Hervé Juvin, artisan du virage écologique du parti de Marine Le Pen, est l'invité d'Alexandra Bensaid à 7h50.

C'est l'un des nouveaux axes du Rassemblement national pour la campagne des européennes et sans doute au-delà : le "localisme", une forme d'écologie politique basée sur le souverainisme national. Marine Le Pen l'a officiellement intégré à son programme il y a quelques jours. Pour Hervé Juvin, ce n'est pas si surprenant car selon lui "l'écologie n'a pas toujours été à gauche" historiquement. "Un véritable hold-up s'est produit dans les années 80. Souvenez-vous Antoine Waechter, l'écologie des scientifiques !"

"Tout ça a disparu", regrette-t-il. "Un hold-up mondialiste, globaliste, sans-frontiériste a totalement perverti l'écologie." Pour lui, tout est justement question de frontières : "J'entends bien que le nuage de Tchernobyl ne s'est pas arrêté à la frontière alsacienne. Mais ce qu'on constate partout dans le monde, c'est que seuls des États forts, en pleine possession de leur territoire, peuvent faire face à l'urgence écologique, et notamment peuvent imposer aux entreprises les règles qui vont préserver l'environnement."

"Dénoncer les traités de libre-échange pour des traités de juste échange"

Pour lui, "la diversité nous sauvera" dans le sens où elle permet de ne pas laisser tous les pays user de la même manière les ressources de la planète. "Si tous les hommes, toutes les femmes sur la planète sont unis et mus par un désir unique (tous veulent l'air conditionné et rouler en 4x4), la planète n'y suffit pas."

Une écologie qui doit avoir un impact sur l'économie : "Nous pensons qu'il faut dénoncer les traités de libre-échange pour les remplacer par des traités de juste échange. Ça veut dire qu'on n'accepte pas sur nos tables, dans nos assiettes et dans nos maisons des produits qui ne pourraient pas être produits en France."

"Plus de 70 % de la viande dans la restauration collective est importée et produite dans des conditions qu'aucun éleveur français ne serait autorisé à pratiquer chez lui", explique Hervé Juvin. "Relocaliser la production, ça remet de la vie sur nos territoires, c'est le respect de nos normes et de nos préférences collectives. Le libre-échange, c'est le moins-disant fiscal, environnemental et social."

  • Légende du visuel principal: Hervé Juvin © AFP
Les invités
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.