François Gabart, navigateur, est l'invité de Léa Salamé à 7h50.

François Gabart est rentré, ce dimanche, de son tour du monde en solitaire. C'est un record qu'il établit : 42 jours, 16 heures et 40 minutes. 

Au moment de franchir la ligne, c'était spécial : j'étais au milieu des cargos des pêcheurs, il faisait complètement noir, c'était irréel : un trait sur mon ordinateur de navigation 

"42 jours que je n'avais vu personne à part des oiseaux"  

A son retour, hier, François Gabart explique : " j'ai eu droit a un spectacle extraordinaire, une énergie humaine (...)magique)".

"La solitude en soi ne m'angoisse pas, je n'essaie pas de fuir en partant tout seul sur un bateau. En revanche l'isolement géographique amène un certain danger". Par exemple, dans les mers du Sud : "À un moment donné (...) comme dans l'Himalaya, on ne peut compter que sur soi-même, les hélicos, les secours ne pas peuvent venir. On est seul, et si jamais on a un souci, on peut pas appuyer sur un bouton et appeler de l'aide".

Grosse frayeur

Au bout  au bout de 23 jours, il frôle un iceberg : "C'est le seul moment où j'ai eu le plus peur depuis 30 ans. C'est magique, mais avec nos bateaux en carbone, même si on fonce sur un petit bout, on peut se retrouver dans une situation compliquée". Le plus bel endroit? "Je n'ai vu que la mer, que j'aime. Elle a des couleurs, des variations, qui sont superbes : un grain et le soleil qui revient après la pluie...". 

Et slalomer entre les sacs-plastique ? "C'est dur de faire un constat uniquement avec ce que j'au vu pendant 42 jours, mais évidemment que la mer est polluée, que la terre est fragile. 

Quand on fait le tour de la planète qu'avec le vent, ça montre que la terre est superbe, mais qu'elle est pas si grande que ça

"Ses ressources ne font pas infinies, il faut en prendre soin", poursuit celui dit, sur son bateau, écouter France Inter en podcast, "des émissions de l'été dernier", mais ses sources d'info sont très actuelles : Twitter "car le débit est léger sur un bateau", et un mail quotidien, demandé à son équipe, avec un "récap des infos principales".

Prochain défi : "La Route du rhum" en novembre 2018. "Dans 10 mois", a déjà calculé  François Gabart.

Légende du visuel principal:
François Gabart à son arrivée à Brest le 17 décembre après un tour du monde en solitaire, en 42 jours, 16 heures, 40 minutes et 35 secondes © AFP / Fred Tanneau
Les invités
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.