Interne en médecine, elle dénonce la gestion de l'épidémie de grippe par Marisol Touraine. Pour elle, l'état d'urgence est le quotidien à l'hôpital. Elle est l'invité de Léa Salamé

Pose d'une banderole concernant le problème des urgences au Centre Hospitalier de Lens
Pose d'une banderole concernant le problème des urgences au Centre Hospitalier de Lens © Maxppp / Séverine Courbe

[Mise à jour – 19.01.17] Présentée comme une salariée publique de l’aphp, cette jeune femme qui a cumulé des vidéos à près de 5 millions de vues quand elle interpelle Marisol Touraine est en fait interne en dernière année de médecine, actuellement en stage à Paris dans une structure privée affiliée à l'AP-HP. Patrick Cohen est donc revenu, dans sa chronique de 7h43 ce jeudi matin sur "Le sentiment de s’être un peu fait avoir par l’invité d’hier matin à 7h50".

Martin Hirsch, le président de l’APHP, a précisé dans le téléphone sonne, le soir même, que Sabrina Ali Benali "n’est pas à l’APHP, s’est laissé présenter comme une interne de l’APHP". "Elle y est de temps en temps, mais travaille actuellement dans un hôpital privé à but non lucratif. Ce qu’elle évoquait en disant ‘ce que j’ai vécu la semaine dernière ‘ ne s’est pas passé dans les hopitaux de l’APHP". Patrick Cohen précise que Sabrina Ali Ben est affectée dans un hôpital privé du XXIIe arrondissement de Paris, où il n’y a pas de service d’urgence.

Publiée sur YouTube et sur Facebook le 12 janvier, elle a fait 11 millions de vues et a été commentée dans toute la presse : Sabrina Ali Benali, jeune interne en médecine est aussi membre du Parti de gauche.

Y a t-il des réactions de Marisol Touraine ?

Je n'ai aucune nouvelle du ministère. Il a été mentionné qu'un journaliste avait tenté de contacter Marisol Touraine; on lui a dit que mon appartenance au Parti de gauche.

Pourquoi parler d'état d'urgence à l’hôpital ?

On croise des milliers de situations qui nous révolte. Moi-même j'ai fait un burn-out. On s'attache à nos patients. Un jour, un monsieur dont je m'occupais m'explique que la vacataire du soir ne savait pas où été la bouillotte qui le soulageait tant. iI était en pleurs. Là je me suis dit c'est plus possible de devoir mourir dans quelques jours et de ne pas avoir droit à plus de dignité.

Manque de personnels

Il n'y a pas assez de soignants, l’hôpital ne tient qu'à la dévotion des professionnels. On fait 5 métier à la fois. Ce qui marche encore à l’hôpital, c'est le sourire des soignants qui ont la pudeur d'aller se cacher pour pleurer. Les patients qui nous disent merci, mais on tire la sonnette d'alarme.

L'intégralité

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.