Le président de l'Assemblée Nationale, François de Rugy, est l'invité de Léa Salamé.

Concernant la crise de l'immigration, une fois de plus illustrée par les déboires du bateau-secours l'Aquarius ces derniers jours, François de Rugy estime : "Il y a eu la volonté du nouveau gouvernement italien de frapper un grand coup médiatique"

"Le sujet de l'Aquarius est double", poursuit le Président de l'Assemblée Nationale : "Est ce qu'on laisse les migrants s'embarquer ? Que leur cas soit traité sur la terre ferme de Libye, c'est comme ça qu'on arrivera à réguler la situation."

Sur les 1 an de LREM à l'Assemblée Nationale : "Il y a la volonté de transformer en profondeur le pays, je n'ai jamais entendu aucun député de la majorité dire 'ça va trop vite'."

A propos de la loi sur les Fake News : Il y a eu des manoeuvres d'obstruction (...) des problèmes de maîtrise de calendrier (...) elle sera sans doute examinée là, dernière semaine juin, première de juillet."

Et concernant le voeu de Nicolas Hulot, qui veut inscrire la loi Environnement dans l'article Premier de la Constitution, alors qu'Édouard Philippe veut l'inscrire dans l'article 32 : "Je pense comme Nicolas Hulot, qu'on puisse dire que, dans l'article Premier (...) il y a la lutte contre le dérèglement climatique."

Légende du visuel principal:
François de Rugy © AFP
Les invités
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.