Nicolas Hulot est la véritable 'prise de guerre' du gouvernement du président Macron. Pascal Canfin, ex-député européen écologiste, président du WWF, est l'invité de Léa Salamé.

Pascal Canfin, directeur général du WWF France
Pascal Canfin, directeur général du WWF France © AFP / THOMAS SAMSON

Pascal Canfin explique les raisons pour lesquelles Nicolas Hulot a finalement accepté, après l'avoir refusé à François Hollande, de rentrer au gouvernement sous la présidence d'Emmanuel Macron, en tant que ministre de la Transition écologique : "Il avait posé, pour condition, d'être ministre d'état, pour peser sur les sujets".

C'est un ministre qui va aller sur tous les sujets qui le concerne, qui aura des compétences, et son mot à dire sur l'agriculture, sur l'industrie, la fiscalité

"Nicolas Hulot a longtemps été réticent à choisir un camp politique, à se définir comme étant de gauche ou de droite. L'opportunité que lui offre Emmanuel Macron est d'être dans un gouvernement qui ne fait ni l'un ni l'autre. Il vient en tant qu'écologiste, sans avoir à passer sous les fourches caudines d'une étiquette politique"

Nicolas Hulot n'est pas En Marche, ne fait pas partie du mouvement d'Emmanuel Macron, il vient en tant qu'écologiste indépendant

"Dans la rue, ça fait des décennies que Nicolas Hulot incarne l'écologie en France", poursuit Pascal Canfin.

Pascal Canfin reconnait que la cohabitation entre Nicolas Hulot et le nouveau Premier ministre est un pari : "Edouard Philippe a été ancien lobbyiste d'Areva, a défendu la centrale à charbon, en même temps, il a fait exploser le nombre d'emplois au Havre dans les énergies renouvelables, a été un des artisans du Grenelle de l'environnement. Quel sera le visage du nouveau Premier ministre?".

Notre Dame des Landes : le dossier qui revient sur la table

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.