Au lendemain du second tour des législatives, l'ancien homme fort de François Hollande est l'invité de Léa Salamé.

Stéphane Le Foll est l'invité de Léa Salamé au lendemain du second tour des élections législatives
Stéphane Le Foll est l'invité de Léa Salamé au lendemain du second tour des élections législatives © AFP / GABRIEL BOUYS

L'ancien porte-parole du gouvernement a été réélu, mais a vu beaucoup de ses camarades perdre leur siège. Un résultat qu'il trouve "triste" : "Il y a plein de gens avec qui j'ai travaillé, des gens de valeur, comme Myriam El Khomri ou Najat Vallaud-Belkacem : je suis triste de voir qu'ils ont été battus."

Pour lui, il s'agit d'une "défaite historique" face à laquelle il ne faut pas commencer à vouloir chercher des coupables à tout prix. Aux propos de François Lamy, qui assurait que cette débâcle est la faute de François Hollande et de Manuel Valls, Stéphane Le Foll répond : "Quand on est face à une défaite historique, on ne commence pas à vouloir régler des petits comptes, à couper des têtes. Les bagarres de personnes, c'est ce qui a fatigué tout le monde dans le pays, moi je n'y participerai pas."

Quel rôle pour les 45 députés socialistes ? Membres de la majorité ou de l'opposition ? Le député de la Sarthe ne tranche pas : "Nous serons constructifs et vigilants. Je regarderai ce qui va dans le sens qui me paraît juste", assure-t-il. Et quels rapports avec la France Insoumise, nouveau pôle de la gauche ? L'ancien ministre est circonspect : "Est-ce qu'ils vont porter l'avenir de la gauche ? Avec une gauche radicalisée, anti-européenne, un peu souverainiste ?" La fracture semble durable entre les deux mouvements.

Aller plus loin

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.