Yves Veyrier, secrétaire général du syndicat Force Ouvrière, est l'invité de Léa Salamé.

"On est à 87% d'embauches en contrat précaire, parmi elles, 30% sont des contrats d'une journée seulement", explique Yves Veyrier pour justifier le rejet du texte de réforme de l'assurance-chômage :

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

"Le gouvernement est en train de mettre la main sur les systèmes protection sociale"

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

À propos du bonus/malus appliqué aux entreprises pour leurs embauches :  "Coût nul pour les entreprises, mais 100% pour les demandeurs d'emploi" estime le leader syndical, qui estime que sur la mobilisation annoncée du 25 juin, "il faut éviter les mobilisations pour avoir bonne conscience,  il faut une action qui ne soit pas que pour le symbole".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Sur la réforme des retraites prévue en septembre  : "Il n'y avait pas urgence sur ce dossier. Une position franche aurait été de dire 'on a le temps, regardons' (...) Le Medef aurait dû rentrer dans les négociations".

  • Légende du visuel principal: Yves Veyrier © AFP / Alain JOCARD
Les invités
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.