Le député de l'Essonne Cédric Villani est l'invité de Léa Salamé à 7h50

"Il y aura un neuvième groupe à l’Assemblée nationale, j’en ferai partie", a déclaré ce mardi matin Cédric Villani sur France Inter, alors que des députés dissidents de LREM ont décidé de constituer un nouveau groupe au Palais Bourbon, faisant perdre la majorité absolue au parti macroniste. 

"Nous serons une petite vingtaine, la co-présidence sera assurée par Matthieu Orphelin et Paula Forteza", a précisé le député de l'Essonne, qui a promis un groupe "très respectueux de l’égalité homme femme".

"Ce qui compte, c’est que le groupe aille de l’avant. Évidemment, il y a eu des déclarations du groupe majoritaire, qui ont exprimé leur désapprobation. On a parlé de trahison, de frondeurs, mais ce neuvième groupe c’est des hommes et des femmes libres qui veulent s’engager en leur âme et conscience pour défendre écologie, démocratie, solidarité", a défendu Cédric Villani.

Il décrit ainsi ce neuvième groupe comme n'étant "ni dans la majorité, ni dans l’opposition". 

"C’est un groupe indépendant, libre, qui se chargera d’accompagner la nation, au service de l’Europe, à l’heure où il faudra faire de grands choix pour le redémarrage".

Au coeur de ses ambitions : la santé, la démocratie, la lutte contre les inégalités, l'urgence climatique, "avec une dimension européenne, bien sûr".

"Il ne faut pas s’arc-bouter sur cette question de majorité absolue à l’Assemblée", poursuit le candidat à la Mairie de Paris. "Presque tous les Parlements européens fonctionnent avec des coalitions qui se forment autour de projets."

"Nous avons été élus pour porter une grande ambition de transformation. Pas comme des députés godillots, mais pour porter le progrès. Il y a trois ans on parlait de sortir en trois années des pesticides, aujourd’hui on a une utilisation en augmentation. Nous n’avons pas été à la hauteur."

Que pense-t-il de la tribune publiée par Nicolas Hulot ? "Sa démarche avait le mérite de nous rappeler qu’en ce moment il faut repartir avec des grandes ambitions. Evidemment elle doit être complétée avec des choses plus précises, plus concrètes", répond le mathématicien.

Interrogé sur les municipales à Paris, Cédric Villani rappelle qu'il est favorable à un report du scrutin à mars prochain. "Le second tour, s’il se fait en juin, j’ai peur qu’il se fasse dans les même travers" qu'au premier tour, justifie-t-il. 

Soutiendra-t-il la liste LREM d'Agnès Buzyn dans la capitale ? "On a vu à quel point la candidature d’Agnès Buzyn a été l’objet de flottements, je ne sais pas aujourd'hui si elle maintient sa candidature. Si jamais Agnès Buzyn a une attitude qui compromet la candidature de LREM, s’ils souhaitent venir discuter avec moi, je resterai comme toujours ouvert à la discussion."

  • Légende du visuel principal: Cédric Villani © AFP / CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / POOL / AFP
Les invités
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.