Sébastien Chenu, député du Nord et porte-parole du Rassemblement National, est l'invité de Léa Salamé.

Sébastien Chenu, porte-parole du Rassemblement National, revient sur les annonces faites par le gouvernement après les violences des derniers épisodes de manifestations de "gilets jaunes", notamment l'interdiction de manifester dans certains quartiers de la capitale mais aussi dans d'autres métropoles. 

"Dans cette loi anti-casseurs, il n'y avait aucun moyen supplémentaire (...) Il n'y a pas de raisons qu'il y ait en France des quartiers où les manifs soient interdites".

Sur l'utilisation du LBD par les policiers : "La question, c'est la capacité qu'auraient les forces de l'ordre à être formées pour les utiliser (...) Leur stratégie [au gouvernement], c'est une stratégie d'amateur, je souhaite que les LBD soient entre les mains de policiers formés".

Le gouvernement a géré tout ça dans le brouillard, il y avait une volonté de décrédibiliser le mouvement des 'gilets jaunes' (...) Le ministre de l'Intérieur était un ministre d'opérette, avec une stratégie en carton-pâte. 

Sur la théorie du "Grand remplacement" revendiqué par l'auteur de la tuerie de Christchurch en Nouvelle-Zélande :

  • Légende du visuel principal: Sébastien Chenu à Paris le 13 janvier 2019, lors du lancement de la campagne européenne 2019 du Rassemblement National. © AFP / Frédéric Dugit
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.