Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général de LR, est l'invité de Carine Bécard à 7h50. Il évoque la rentrée qui s'annonce masquée et sous le signe du Covid-19, mais aussi les chiffres inquiétants sur les féminicides en France.

Aurélien Pradié
Aurélien Pradié © AFP / Pascal Pavani

Le secrétaire général de LR n'est pas vraiment rassuré par l'action du gouvernement en pleine crise du Covid. "J'essaie d'être serein, parce que je pense que la situation le nécessite", assure-t-il. "La réalité, c'est que nous sommes face à une épidémie qui n'est toujours pas contenue, que la situation à la rentrée peut être explosive, sur le plan sanitaire mais aussi économique, qui pour moi est une préoccupation tout aussi grande." Il ajoute, cynique : "J'invite le gouvernement à être tout entier à sa tâche, ce qui n'a pas été exactement le cas depuis le début de cette crise sanitaire."

Sur la question du port du masque, "on ne peut pas passer de rien à tout, sans qu'il y ait une explication de faite, notamment sur l'efficacité de son port dans une rue". "Je ne suis pas médecin, je ne suis pas un professionnel de la santé, je dis simplement que nous devons bien mesurer les conséquences sociales de ces mesures. Cette vie dans laquelle on se méfie en permanence les uns des autres n'est pas une vie durable."

Aurélien Pradié souhaite notamment que ce retour à la normale passe par une rentrée scolaire classique. "On ne peut pas raisonnablement reporter cette rentrée scolaire ! Nous avons des élèves qui ont été privés d'école de la République durant plusieurs mois. On ne va pas s'habituer à cette situation-là, c'est tout à fait dingue ! Ça fait des mois qu'on est en mesure de la préparer, si aujourd'hui le ministère de l'Éducation nationale n'a pas été capable de les mettre à profit, c'est à désespérer."

Le député LR revient aussi sur le chiffre de 146 féminicides enregistrés l'an dernier. "Ce chiffre, c'est une honte absolue. On peut se chercher toutes les excuses du monde, un grand pays comme la France qui n'est pas capable de réduire le nombre de féminicides est un pays qui échoue."

Les invités
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.