Angélique Kidjo, chanteuse, auteure de "Je chemine avec..." (Seuil), est l'invitée de 7h50.

"La musique s’est imposée à moi, tout comme mon envie d’être avocate des droits de l’homme ou chirurgienne", raconte la chanteuse. "Mon père me disait : “c’est bien, tu veux aider les gens…” Mais je me suis dit un jour qu’il fallait que je me décide, j’ai choisi la musique."

"J’ai grandi dans une maison où l’on vous répète que l’être humain n’est pas une question de couleur et qu’il faut donner toujours le bénéfice du doute aux gens qu’on rencontre", raconte Angélique Kidjo. "Quand on se rend compte aussi qu’on peut être victime parce qu’on est noir, on peut avoir de la colère. Mais mon père m’a dit qu’un artiste n’avait rien à voir avec la haine, la haine crée la violence et le vide total : “Si tu n’as pas la capacité en toi de dépasser cette colère et d’aller vers les autres, tu ne chanteras plus.”

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

"Les gens racistes, je suis triste pour eux, pour leur ignorance"

Qu'est-ce qui a changé pour elle ces dernières années ? "La colère est toujours là mais elle est transformée autrement, je me demande ce qu’elle peut m’apporter de positif. Le racisme, c’est tout simplement économique, quand on a compris son origine, on ne le prend plus personnellement. Les gens racistes envers moi, je suis triste pour eux, pour leur ignorance, et je fais tout avec ma musique et ce livre pour faire comprendre que nous avons une destinée commune, il faut vivre ensemble, on n’a pas le choix."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

En tant que résidente aux États-Unis, que pense-t-elle de la polémique autour de l’organisation de groupes de paroles en non-mixité, présentés comme des "réunions interdites aux blancs" ? “Je pense que ça nous fait reculer parce que les problématiques que nous avons n’ont pas de couleur. Si on décide de porter le costume de victime de l’autre, je comprends ce genre de discours. Moi, ma couleur de peau ne me dérange pas, je n’ai aucun problème avec personne. Interdire à d’autres personnes de venir comprendre ce par quoi nous passons en temps que personnes de couleur, si on ne parle pas avec l’autre il ne comprendra jamais nos difficultés et nos luttes. Il faut permettre à tout le monde d’avoir ce discours. Ce qui est certain, c’est que ce que je vis, quelqu’un qui ne l’a pas vécu ne peut pas le comprendre, mais si on n’explique pas ce par quoi on passe, si on ne donne pas les codes, on ne peut pas y arriver.”"

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Le prochain album d'Angélique Kidjo : "Mother Nature" sortira le 11 juin 2021. 

  • Légende du visuel principal: Angelique Kidjo © AFP / FREDERIC J. BROWN / AFP
Les invités
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.