Jean-Claude Carrière est l'invité de Léa Salamé à 7h50.

Jean-Claude Carrière, auteur, écrivain et metteur en scène, pour « La vallée du néant » chez Odile Jacob.

Pour lui, dès qu’il est question d’un référendum populaire, Mussolini et Hitler ne sont pas loin. Pour l'écrivain, il faut avoir peur du référendum, il faut s’en méfier beaucoup.

Jean-Claude Carrière estime qu'en Europe, "Tous les pays se referment sur eux-mêmes... cela se terminera par une guerre. Se ramasser sur soit, c’est le danger".

La notion de peuple est selon lui trompeuse, "Le peuple c’est vous c’est moi, le peuple c’est tout le monde. "

Il ne faut pas nécessairement un apaisement, explique-t-il,  : "une agitation est essentielle à la vie d’un pays. La France avait tendance à s’endormir, je suis toujours en colère aussi. Mais c'est très brouillon les gilets jaunes."

Il rappelle les mots de Milos Forman en 68 qui lui me disait "pourquoi mettez vous tant d'efforts à hisser le drapeau rouge alors que nous avons tant de mal à le faire descendre." 

Pour Jean-Claude Carrière, ce n’est pas la mort qui est redoutable, c’est le mourir, le passage, la souffrance. 

Luis Bunuel, le grand réalisateur espagnol, son ami a eu selon lui une mort idéale. « Ya me muero » a-t-il dit au moment où il mourrait, « je me meurs ».

En toute circonstances, la compagnie d’un bon livre, "ça aide énormément".  

  • Légende du visuel principal: Jean-Claude Carrière © AFP / Valery HACHE / AFP
Les invités
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.