Eddy de Pretto, chanteur, est l'invité de Léa Salamé à 7h50. Il sera jeudi sur la scène de l'Olympia pour la fête de la musique de France Inter.

C'est le phénomène musical de ce début d'année 2018 : Eddy de Pretto sera ce jeudi sur la scène de l'Olympia pour la Fête de la Musique de France Inter. Avant cela, il a répondu aux questions de Léa Salamé dans le 7/9... après une insomnie qui lui a valu d'arriver dans le studio avec quelques minutes de retard. 

Dans sa chanson Kid, Eddy de Pretto évoque une "virilité abusive" : "Moi j'avais envie de parler de mon histoire avant tout, et de parler de toutes les figures viriles qui m'ont entouré pendant mon enfance, mon père, les gars qui tenaient les murs en bas de chez moi à Créteil". Il évoque aussi des figures féminines, comme celle de sa mère, qui "avait une autorité très stricte et avait peur de se laisser dépasser par son fils, elle dégageait la tendresse pour ne garder que l'autorité".

Adolescent, il joue au caïd avec les gars de sa banlieue avant de remonter dans sa chambre pour y jouer à la poupée : "C'est le paradoxe, ce n'était pas si radical mais _je me sentais beaucoup plus libre d'être le moi que je voulais être_, que je n'aurais pas de problème dans ma chambre, que je ne serais pas regardé comme ailleurs, comme dehors"

Primé mardi soir à la cérémonie des Out d'Or organisée par l'Association des journalistes LGBT, Eddy de Pretto se dit "très content de recevoir un trophée qui permet de faire avancer les choses, de faire parler de ces sujets, de questionner, de débattre", tout en assumant avoir dit "je suis gay, et on s'en fout" : "pour moi ce n'est pas un trait plus particulier que le fait que je sois blond, que j'aie de la barbe, ce n'est pas un détail qu'il faut mettre plus en avant qu'un autre, je ne veux pas le mettre plus en avant qu'un autre pour marketer un album. Même personnellement je n'en parle pas souvent".

L'artiste, qui choisit une musique "non genrée" au sens non pas de masculin-féminin mais de "ne pas dire si c'est de la chanson française ou du rap, pour laisser aux gens le soin de découvrir quelque chose sans nom", a également été invité à réagir à la polémique autour du "Salut Manu" adressé à Emmanuel Macron : "Je comprends pourquoi le jeune a dit Manu, il y a un truc décontracté de l'image politique, de la hiérarchie de nos institutions qui se cassent la gueule, moi aussi j'aurais dit "Manu ça va" ?". Quant à la réponse du Président... "On dirait ma mère, il y a un truc très relou", dit-il. 

Légende du visuel principal:
Eddy de Pretto © AFP / Guillaume Souvant
Les invités
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.