Le trafic a repris ce dimanche à Orly après l'attaque sur des militaires du réseau Sentinelle : Augustin de Romanet, patron d'Aéroport de Paris est l'invité d'Alexandra Bensaid.

Augustin de Romanet, patron du groupe ADP
Augustin de Romanet, patron du groupe ADP © Maxppp / Thomas Padilla

Le trafic a progressivement repris ce dimanche à Orly après l'attaque sur des militaires du réseau Sentinelle, et le patron d'Aéroport de Paris affrime "C'est un acte de folie":

Le PDG d'ADP précise que l'agresseur est arrivé par un parking de l'aéroport, dans lequel il a été filmé. "L'agresseur d'Orly n'a pas été fouillé à l'entrée de la zone publique", mais pour une bonne raison, explique-t-il :

"Ça ne veut pas dire qu'il ne faut pas de dispositif de sécurité ultra-performant ", rappelle Augustin de Romanet, qui explique l'objectif sécurité d'ADP, visé à terme : avoir en mémoire les caractéristiques des visages de toute personne dangereuse, "qui, avec la reconnaissance faciale, identifient sans délai la connexion entre le visage fiché et l'image de la caméra. A terme c'est une piste vers laquelle on pourrait s'orienter".

"Je suis rentré à Paris, après la visite de l'aéroport Ben Gourion de Tel-Aviv, en me disant que les méthodes à Paris étaient excellentes".

En Israel non plus, on ne contrôle pas chacune de personnes,

Les check-points à quelques kilomètres de l'aéroport sont uniquement disuasifs, rappelle-t-il.

"A Ben Gourion, il y a moins de 6 millions de passagers par an, à Charles de Gaulles : 66 millions de passagers par an, Orly : 30 millions. En faisant des test de check-point, nous avons généré de tels embouteillages que cette affaire n'est pas réalisable".

"Ce qui s'est passé samedi est exemplaire du professionnalisme de ces personnes : a plusieurs dizaines de mètres, un militaire a été capable de désarmer, avec précision et sans faire de dégâts collatéraux, cette personne prise d'un accès de folie".

►LIRE AUSSI | Attaque à Orly : les soldats de Sentinelle sont-ils des cibles trop tentantes ?

Les invités
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.