L'ancienne ministre et ambassadrice des pôles Ségolène Royal est l'invitée de Léa Salamé à 7H50. Elle a souhaité répondre, point par point, à l'enquête publiée vendredi par la cellule investigation de Radio France.

L'ancienne ministre de l'Écologie Ségolène Royal a choisi de venir répondre, point par point, aux éléments de l'enquête publiée vendredi par la Cellule investigation de Radio France sur ses activités en tant qu'ambassadrice des pôles. "J'ai été surprise d'être mise en cause de façon diffamatoire et très violente sur Radio France", déclare-t-elle. 

Elle n'a pas répondu aux questions qui lui étaient posées avant la publication de l'enquête, car, selon elle, "ces questions étaient déjà diffamatoires en tant que telles, elles s'appuyaient sur une information de ce journaliste investigateur délateur qui faisait état de témoignages ou de documents en sa possession. J'ai écrit à la présidence de Radio France pour avoir connaissance de ces éléments d'information", explique-t-elle. 

Mon premier métier, c'est magistrat. Malheureusement pour ce journaliste - s'il mérite ce nom - je connais la procédure : lorsqu'on est mis en accusation, puisqu'il se prend pour un procureur, on a communication des pièces.

Elle affirme que l'enveloppe de 100 000 euros qui lui est allouée est "un crédit limité, une limite maximale, comme pour tout service administratif, utilisée point par point, déplacement par déplacement, qui sont remboursés".

Sur le travail de ses collaborateurs, elle assure que ceux-ci "travaillent 35h par semaine au service de la mission qui m'est confiée au service des pôles" et que "sur leur temps libre il leur arrive de m'accompagner au long cours". Mais à la question de savoir si ces collaborateurs posent des jours de congés sur des déplacements qui n'ont pas de lien avec la mission liée aux pôles, Ségolène Royal répond simplement : "Ils font leurs 35h". 

Elle accuse par ailleurs l'enquête de la cellule investigation de Radio France d'utiliser des faux témoignages : "Ce journaliste a fait lire sur votre antenne une actrice qui lit un faux témoignage. Et il ose expliquer que comme, soi-disant, son témoin ne veut pas parler, il va chercher une autre voix ?"

Elle dément aussi les informations selon lesquelles elle ne s'est pas rendue aux Conseils de l'Arctique. "On prend l'exemple d'une réunion technique dont la France n'est pas membre. Je suis allée à 12 réunions internationales dans l'Arctique. Je ne vais pas faire du tourisme : je ne vais pas aux réunions où la France n'a pas la parole. En accord avec l'ambassadeur, c'est l'ambassadeur de France qui y va". 

  • Légende du visuel principal: Ségolène Royal © Radio France / France Inter
Les invités
  • Ségolène RoyalAmbassadrice chargée de la négociation internationale pour les pôles Arctique et Antarctique
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.