Le reporter au service étranger de France Inter et co-auteur de "Nos très chers émirs" avec Georges Malbrunot, a enquêté sur le Qatar. Il est l'invité de Léa Salamé

Christian Chenot au micro de France Inter
Christian Chenot au micro de France Inter © Radio France / Christophe Abramowitz

Dans ce livre, Christian Chesnot et Georges Malbrunot livrent les conclusions de deux ans d'enquête et cent entretiens. Peut-on parler de liaisons dangereuses de la France ? "Oui et non" répond Christian Chesnot, "car il s'agit de liaisons qui sont complexes avec des émirs immensément riches, qui possèdent une grande influence." Mais le journaliste précise que sur 40 ans de relations, "il y a un fil rouge : l'argent, qui pourrit ces relations."

►►► REPLAY VIDÉO | Réécoutez l'interview de Christian Chesnot

Christian Chesnot raconte ainsi que le Qatar à Paris était devenu la poule aux œufs d'or de certains élus : "l'ambassade du Qatar à Paris, c'était tout à la fois un distributeur de billets de 500 euros, une agence de voyage et la boutique du père Noël". Des pratiques aujourd'hui disparues.

Jean-Marie Le Guen, Rachida Dati ou encore Nicolas Bays pointés du doigt

Christian Chesnot raconte plusieurs exemples d'élus qui cherchaient à tirer profit des immenses fortunes des émirs. Des personnes qui, contactées par France Inter, ont annoncé leur intention de poursuivre en justice l'auteur du livre pour diffamation. De quoi inquiéter ? Pas vraiment, réfute le journaliste qui dit n'avoir publié que des noms pour lesquels il possède des éléments probants et a laissé de côté nombre de "rumeurs".

Il raconte ainsi, par exemple, que Jean-Marie Le Guen, secrétaire d'Etat chargé des relations avec le Parlement, qui réclamait 10 000 euros par mois pour imposer une agence de communication destinée à bloquer les questions au gouvernement sur le Qatar.

Autre exemple, Nicolas Bays, député socialiste du Pas de Calais et membre du groupe France-Qatar, demandait par SMS à ce qu'on lui paie ses billets d'avion, ses nuits d'hôtel avec sa femme et ses enfants, des paires de chaussure de luxe également, parce qu'on lui en avait offert en cadeau, et de l'argent, enfin, pour finaliser des travaux dans son appartement. Des demandes nettement rejetées par cet ambassadeur.

La gauche n'est pas la seule visée. A droite, l'eurodéputée et maire du 7 ème arrondissement de Paris, Rachida Dati décroche un rendez-vous avec l'ambassadeur et demande 400 000 euros pour financer une association diplomatique du 7 ème. Devant le refus de l'ambassadeur, la voici le lendemain, à dénoncer "tout le mal qu'elle pense du Qatar au micro de Jean-Jacques Bourdin sur RMC".

Bruno Le Maire, enfin, fait une visite en 2009 chez un émir du Qatar et reçoit une montre dont la valeur est de plusieurs dizaines de milliers d'euros. Il affirme l'avoir laissée dans le coffre du ministère de l'Agriculture. Une information "que l'on pourrait vérifier", conclut Christian Chesnot.

La corruption des élus français n'est pas le seul sujet abordé dans le livre. Les liens entre Qatar et salafisme sont aussi évoqués.

Les invités

L'équipe

Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.