L'écrivain Eric Reinhardt est l'invité de Laetitia Gayet à 7h50. En cette rentrée littéraire, il publie un nouveau roman, "Comédies françaises", chez Gallimard.

Il y raconte plusieurs histoires, articulées autour d'une histoire vraie : celle de l'abandon par la France du projet de datagramme, qui sera ensuite récupéré par les Américains pour imaginer les premiers pas d'Internet. "Ce que j'ai voulu faire, c'est de faire se correspondre la question de l'instant décisif dans une vie, avec le destin des civilisations et des rapports de forces internationaux", explique le romancier. "Et en effet, il y a aussi dans la vie des nations, des civilisations, des moments de bascule, où les choses se réorientent."

"J'ai eu l'intuition qu'il y avait forcément quelqu'un qui, à un moment, a dit 'non'", raconte Eric Reinhardt. "Je me suis juré de l'identifier, donc j'ai enquêté, et mon intuition était juste. Mon idée, c'était pas de trouver un bouc émissaire, mais de mettre à nu un système, qui nous apprendrait des choses sur qui nous sommes en France. C'est quand même dingue que les Américains se soient emparés littéralement du datagramme abandonné par les pouvoirs publics français en 1974 pour créer Internet ! Ils l'ont modifié juste ce qu'il fallait pour pouvoir donner leur nom au datagramme : c'est la même chose, mais en moins bien..."

Sommes-nous aujourd'hui en train de passer à côté d'autres inventions du même genre ? Eric Reinhardt ne le pense pas. "L'époque a changé : [dans les années 70] il y avait une connivence très proche entre les politiques et les industriels, aujourd'hui on est dans  un univers beaucoup plus mondialisé."

  • Légende du visuel principal: Eric Reinhardt © AFP / Ulf Andersen / Aurimages
Les invités
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.