Le mathématicien nouvellement élu député LREM est l'invité de Léa Salamé. Il réagit notamment à l'attaque de Jean-Luc Mélenchon mardi.

Taxé de "matheux" qui n'y connaît rien en contrats du travail par Jean-Luc Mélenchon mardi, comment Cédric Villani se défend-il ? "Je suis fier d'être un matheux, mais c'est bizarre de mettre des gens dans des cases", dit-il ce mercredi matin sur France Inter. "Cela fait huit ans que je suis directeur d'un institut, des contrats de travail j'en ai vu passer plein !" se défend-il.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

"Bienveillance"

Choisissant de "ne pas rentrer dans la polémique frontalement", en conformité avec le mot d'ordre de "bienveillance" de La République En Marche, il tient à ce que les mesures annoncées pour la réforme du droit du travail, et notamment sur la question des licenciements, ne soient "pas séparées les unes des autres".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

"Par exemple, le gouvernement a bien dit qu'il allait s'occuper beaucoup de formation, car une des causes majeures de chômage, c'est qu'il y a une inadéquation entre l'offre et la demande", explique-t-il. Il ajoute que selon lui, "il faut parler du licenciement, mais il faut aussi parler de la complexité à l'embauche".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

"Il y a toujours un moment où on est le petit nouveau"

Réagissant à l'information sur la démission de François Bayrou, Cédric Villani estime que "la motivation de François Bayrou est la même que celle de Sylvie Goulard : pouvoir se consacrer à sa défense". Quant à la démission de Richard Ferrand, appelé à devenir président du groupe La République en Marche à l'Assemblée nationale, il affirme : "Je n'aurai aucun problème à voter pour Richard Ferrand à la tête du groupe parlementaire".

Interrogé sur la légitimité des jeunes députés, il répond : "Il y a toujours un moment où chaque député a été le petit nouveau, la petite nouvelle. On ne peut pas tout savoir dès le début, on apprend, on s'informe, on se documente et on y arrive". Enfin, pour ce qui concerne son attribut vestimentaire, "certains spécialistes ont été consultés qui disent que la lavallière vaut cravate !"

  • Légende du visuel principal: Cédric Villani invité de Léa Salamé ce mercredi 21 juin 2017 © Capture d'écran
Contact