Alain Weill, PDG d'Altice France, est l'invité de Léa Salamé à 7h50.

Alain Weill, PDG d'Altice France, commente la guerre commerciale qui a eu lieu entre les opérateurs de télécoms et les chaines de télévision privées au micro de Léa Salamé. 

Altice France est l'entité qui chapeaute SFR. Il est aussi fondateur de BFM TVracheté par Patrick Drahi. 

2017 a été une année difficile pour SFR. Elle a subi  une baisse de chiffre d’affaire. "On avait promis de ne pas toucher aux effectifs pendant 3 ans", explique Alain Weill.  Or toute la branche téléphone a dû se réorganiser, "SFR l’a fait avec retard, sur 3 ans de déstabilisation. Nos clients en ont subi les conséquences". 

SFR n’a pas arrêté d’investir, on a élargit la couverture on sera bientôt à 99% de la population française couverte ; le retournement est assez rapide. 

Altice va décorréler  l'accès aux contenus des forfaits.  Actuellement, tout est dans le même "paquet", accès que kiosque de presse, offre de cinéma, et abonnement internet. 

Aujourd’hui on regagne des clients. D’un coté on a le réseau SFR, et de l’autre on crée les contenus. Plutôt que d’intégrer tous les contenus, les abonnés préfèrent avoir le choix. 

Le choix du numérique pour les journaux

Alain Weill, interrogé sur la transformation numérique de magazine et journaux comme L'Express et Libération, précise qu'il y aura une diffusion papier tant qu'il y aura des clients pour cela, mais la stratégie d'Altice consiste à gagner des abonnés en ligne. 

SFR Sport devient RMC Sport

Outre les chaînes sportives, les activités médias regroupent notamment BFMTV et ses déclinaisons, RMC, Numéro 23, i24News, Libération, L'Express.  Cela représente 500 millions d’euros de chiffres d’affaires. Alain Weill espère 1 milliard « dans un délai raisonnable ». 

Altice France va rebaptiser les chaînes de son bouquet sportif SFR sport, lancées à l'été 2016, en "RMC sport" pour devenir la chaîne de référence en la matière. 

-      une nouvelle plateforme numérique "RMC Sport" va regrouper toutes les chaînes, leurs replays et tous les sports dont les droits de diffusion ont été acquis. 

L'audiovisuel public doit être fort

Interrogé sur l'audiovisuel public, Alain Weill précise qu'il n'est pas candidat, et note que Radio France a plus de légitimité à le défendre que France Télévisions. 

Les invités
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.