La présidente de la région Ile de France qui a récemment apporté son soutien à Alain Juppé plutôt qu'à François Fillon, proche de longue date, est l'invitée de Léa Salamé.

Valérie Pécresse
Valérie Pécresse © Maxppp / Christophe Morin

La présidente de la région Île-de-France qui a récemment apporté son soutien à Alain Juppé plutôt qu'à François Fillon, proche de longue date, est l'invitée de Léa Salamé. Mais Valérie Pécresse assume et maintient son choix : "Alain Juppé est assurément le meilleur candidat pour gagner, et celui qui a le meilleur programme", assure-t-elle.

"J'ai fait un choix de conviction en regardant les projets", explique l'ancienne ministre de Nicolas Sarkozy, qui explique l'élimination de l'ancien président par "l'envie d'écrire autre chose, une autre histoire".

"Pour réussir les réformes, il faut rassembler" selon Valérie Pécresse, qui salue la volonté d'Alain Juppé de réformer le pays par ordonnances très rapidement après l'élection présidentielle. "La réforme, on la réussira en emmenant le maximum de Français avec nous, et Alain Juppé montre la voie d'un rassemblement", déclare-t-elle, racontant que "dans le gouvernement de Nicolas Sarkozy, j'aurais voulu aller plus loin dans la réforme des universités".

Valérie Pécresse assure que la semaine qui sépare les deux tours de la primaire va servir à juger les candidats "programme contre programme", ce qui n'a pas encore été fait selon elle. "La France de 2017 n'est plus celle de 2007 ni de 2012 : on est restés sur des débats qui sont les mêmes depuis 2007, et les Français en ont assez", dit-elle.

En outre Valérie Pécresse dénonce les accusations qui ont visé Alain Juppé, de faire des compromis avec l'islamisme : "Alain Juppé n'a aucune relation avec l'islamisme, au contraire il mène une lutte sans merci contre le terrorisme", assure-t-elle.

L'interview intégrale en vidéo :

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.