“Je ne sais pas si on est vraiment prêt un jour, d’affronter cette réalité là”, témoigne Olivier Rousteing, styliste, directeur artistique de la maison de haute couture Balmain depuis 2011, invité de France Inter, jeudi. Né sous X, il est au cœur d'un documentaire qui raconte la recherche de sa mère biologique.

Olivier Rousteing, icône de la mode, directeur artistique de la marque Balmain, évoque sa “face cachée” dans un film documentaire, Wonderboy. Né sous X et âgé aujourd’hui de 33 ans, on voit dans ce film d’Anissa Bonnefont, son parcours, pendant un an et demi, à la recherche de sa mère biologique. “Je ne m’attendais pas à ce que l’on me propose un biopic sur ma vie à 30 ans. Normalement, c’est quand on meurt ou en fin de carrière et je n’étais pas sûr de pouvoir gérer toutes les émotions de cette quête”, témoigne-t-il. 

Elle m’a convaincu, j’ai senti beaucoup de bienveillance de sa part”, assure Olivier Rousteing à propos d’Anissa Bonnefont. “La caméra m’a obligé à ne pas céder, à ne pas lâcher, à ne pas partir. C’était comme un pacte fait avec moi-même, d’aller jusqu’au bout. Pour tous les enfants nés sous X. Rien n’a été censuré, le pacte c’était l’authenticité”, poursuit-il.

S’il avait déjà fait des démarches à l’âge de 16 ans, Olivier Rousteing explique qu’il n’était pas prêt à l'époque. “Je ne sais pas si on est vraiment prêts un jour, d’affronter cette réalité là, mais je me suis senti bien plus prêt aujourd’hui”, poursuit-il. “Pour savoir où l’on va, on a besoin de connaître nos racines (...) comme une fleur qui a besoin d'avoir des racines et de l’eau pour qu’elle s’ouvre. J’ai toujours été à la recherche de reconnaissance parce que je ne savais pas vraiment d’où je venais”, ajoute Olivier Rousteing.   

Des démarches compliquées

La recherche biologique, “c’est beaucoup d’attente, de doutes”, explique le directeur artistique de Balmain. “On n’est pas sûrs de trouver les éléments au moment où on les attend, il y a beaucoup d’incertitudes”, poursuit-il. Il a finalement découvert que son père avait 25 ans à l’époque et est éthiopien et que sa mère, somalienne, a accouché à l’âge de 14 ans : “Ça a été un moment extrêmement difficile de vie. J’ai eu extrêmement de mal à entendre et à comprendre ce qu’elle a vécu. Je pensais voir les écrits d’une mère, j’ai vu ceux d’une enfant”.

Suivi par près de six millions de personnes sur Instagram, le styliste estime que la vie sur le réseau social n’est “pas la vraie vie”. “C’est une vie de clics, que l’on contrôle. Mais ce qui est d’autant plus dangereux c’est que cette vie est contrôlée par nous et par le nombre de gens qui nous suivent”, ajoute-t-il. 

  • Légende du visuel principal: Olivier Rousteing © AFP / François Guillot
Les invités
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.