Jordan Bardella, tête de liste du Rassemblement national pour les élections européennes 2019, est l'invité de Léa Salamé à 7h50.

L'ambassadrice d'Italie à Paris, Teresa Castaldo, a été convoquée lundi au Quai d'Orsay après les propos tenus ce week-end par le vice-président du Conseil italien Luigi Di Maio, qui a accusé la France d'"appauvrir" l'Afrique, a-t-on appris de source diplomatique française. Jordan Bardella réagit : "Les tensions viennent en grande partie de la responsabilité de monsieur Macron".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Il n'a jamais été question d'un Frexit  

"Le contexte européen a énormément évolué" précise Jordan Bardella, "et arrivent au pouvoir partout en Europe des partis politiques qui veulent rendre le pouvoir au peuple."

Sur la sortie de l'Euro : "L'euro s'est beaucoup déprécié, il faut faire évoluer sa gouvernance".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Angela Merkel et Emmanuel Macron signent ce mardi un nouveau traité pour renforcer la relation franco-allemande et envoyer un message de soutien à la construction européenne, au moment où elle est affaiblie par la montée des nationalismes. 

Sur la signature de ce renouvellement du traité franco-allemand, celui qui sera tête de liste RN aux prochaines élections européennes estime qu'il y a là :" deux leaders totalement isolés sur la scène européenne", et remet en cause le partage, entre France et Allemagne du siège permanent à l'ONU, solution pourtant réfutée par le traité signé ce mardi : "Derrière ces traités, il y a cette volonté de transférer des pans toujours plus importants de notre souveraineté." À Léa Salamé qui lui fait remarquer que le traité ne prévoit pas de partage de notre siège de membre permanent, Jordan Bardella répond "on a le droit d'avoir un avis divergent".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Sur l'opposition à l'IGV , Jordan Bardella rappelle que "sa conception personnelle est celle du RN : il ne faut pas revenir dessus, la priorité n'est pas là".

  • Légende du visuel principal: Jordan Bardella © AFP / JOËL SAGET / AFP
Les invités
L'équipe
Contact