Anne Soupa, théologienne, candidate à l’archevêché de Lyon, est l'invitée de 7h50.

Anne Soupa a décidé d'être candidate à l'archevêché de Lyon pour succéder à Mgr Philippe Barbarin. Une démarche symbolique pour provoquer, dit-elle, "une prise de conscience face à l'invisibilité" des femmes dans l'Église catholique. Et ce mercredi, à midi, à l'Eglise de la Madeleine, elle accompagne six autres femmes déposer leurs candidatures à la nonciature apostolique de France (l'ambassade du Vatican), en vue d'occuper des fonctions aujourd'hui interdites dans l'Eglise catholique : curé, évêque, nonce ou encore diacre. "C'est une démarche profondément réfléchie", souligne-t-elle. "Et je suis admirative devant les profils, devant les compétences, devant les charismes de ces femmes". Parmi les candidates, "il y a une femme qui voudrait être évêque, une qui voudrait être nonce apostolique, c’est-à-dire ambassadeur, il y en a une qui voudrait être curé (…) et puis il y en a quatre qui voudraient être diacre, c’est-à-dire à des situations de service dans l'Eglise", résume Anne Soupa, tout en reconnaissant que "c'est un combat très difficile".

Face à cette situation, Anne Soupa "invite toutes les femmes à candidater, à lancer des listes de candidates et qu'elles les envoient au nonce".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pas de place pour la parole des femmes

"L'église se prive de beaucoup de talents et c'est très dommage" estime la théologienne, qui dénonce un "conservatisme qui a un mal fou à faire la place à l'émancipation des femmes". 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

En mai dernier, la théologienne avait décidé d'être candidate à l'archevêché de Lyon pour succéder à Mgr Philippe Barbarin. Mais elle n'a encore reçu "aucune réponse de l'Eglise, ce qui est finalement assez méprisant". "Je regrette ce silence de l'Eglise", affirme Anne Soupa.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

"L'Église est une citadelle très puissante. On a un combat très difficile. C'est un combat pour l'Église, pas contre l'Église"

Mettre fin au célibat des prêtres

Anne Soupa revient aussi sur le célibat des prêtres : "On refuse la sexualité dans le ministère ordonné mais elle travaille à bas bruit dans les consciences".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

  • Légende du visuel principal: Anne Soupa, théologienne, candidate à l’archevêché de Lyon © AFP / Olivier Chassignole
Les invités
L'équipe
Contact