"L’affaire Ghosn, c’est le passé. L’entreprise a besoin d’autre chose", a estimé Jean-Dominique Senard, président du groupe Renault et de l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi, invité de France Inter, expliquant que les équipes "voulaient regarder devant".

"L’affaire Ghosn, pour nous, c’est le passé. L’entreprise a besoin d’autre chose. Nous sommes entrain de réfléchir à l’avenir et à un nouveau dynamisme et je vous assure que c’est ce qui compte, l’intérêt général de Renault", a estimé Jean-Dominique Sénard, actuel président du groupe Renault et de l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi, invité de France Inter mardi matin. 

"La page se tourne, nous sommes devant un autre monde, un autre dynamisme. L’alliance a besoin de force. Franchement, les équipes n’en peuvent plus de ce point de vue là et elles veulent regarder devant, elles n'attendent que ça", a-t-il poursuivi, expliquant que "les nouvelles équipes" mises en place à la tête des entreprises de l'alliance "comprennent qu’on ne peut pas vivre seuls". "Renault est une entreprise mondiale a racine française mais elle ne peut pas vivre seule et l’alliance a là son rôle à jouer", a ajouté Jean-Dominique Sénard.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

  • Légende du visuel principal: Jean-Dominique Senard © AFP / Joel Saget
Les invités
  • Jean-Dominique SenardPrésident de Renault et de l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi, ancien président de Michelin
L'équipe
Contact