Olivia Gregoire, vice-présidente de la commission des Finances à l'Assemblée nationale et députée LREM de Paris, est l'invitée d'Ali Baddou à 7h50. Elle revient sur le mouvement de grève autour des retraites, et sur l'avenir de la réforme.

Olivia Gregoire, invitée de 7h50 sur France Inter le 23 décembre 2019
Olivia Gregoire, invitée de 7h50 sur France Inter le 23 décembre 2019 © Radio France / France Inter

"Il faut être honnête et lucide", estime la députée En Marche! : "Quand vous êtes en négos, vous ne pouvez pas avancer d'un côté un texte figé, et de l'autre dire que vous négociez. Le propre de la négociation, c'est de bouger et d'évoluer. On est dans ce moment-là de la négociation, mais j'ai le sentiment que ça négocie quand même beaucoup. Il y a des sujets qui avancent, notamment sur la pénibilité. Je pense qu'en janvier, nous aurons un texte au Parlement", estime Olivia Gregoire.

Un "décrochage" chez les syndicats

Alors que de nombreux grévistes ont annoncé ne pas observer de trève à Noël, Olivia Gregoire estime qu'il y a "un gros décrochage entre la base et les dirigeants des syndicats : la tête négocie (je pense à Escure, à Berger), mais les jambes ne vont pas toujours dans le même sens. On voit aujourd'hui qu'entre la base et les dirigeants des syndicats, il y a une tension et parfois une division qui est visible."

"On est censé avoir dépassé le clivage droite/gauche"

Où placer le curseur de la réforme sur l'échiquier politique ? "Je vais vous dire un truc", avance Olivia Gregoire : "On est censé être la République en marche. Que nous tombions dans le piège de dire "moi je viens de la gauche, moi je viens de la droite...", je trouve que ce n'est pas servir le socle de LREM."

Les invités
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.