Jean-Yves Le Drian, Ministre de l'Europe et des Affaires étrangères est l'invité de Léa Salamé.

Jean-Yves Le Drian revient sur la crise iranienne, depuis l'annonce des sanctions américaines. Les Etats-Unis ont promis "les sanctions les plus dures de son histoire pour l’Iran"

Le ministre de l'Europe et des Affaires étrangères convient que la France partage avec les Etats-Unis des préoccupations communes, "devant leur frénésie missilaire". 

Nous avons un désaccord de fond car l’acquis de l’accord de Vienne est un acquis considérable. Cet accord n’est pas mort. 

Pour Jean-Yves Le Drian, " l'ensemble de sanctions qui va être organisé va favoriser la puissance des conservateurs. Cette posture met la région en danger.

Comment assurer la sécurité des entreprises françaises et européennes. Après Total, Engie a annoncé son retrait de la région. 

On ne se plie pas

Jean-Yves Le Drian estime que le risque de guerre existe. 

L’enjeu syrien et l'enjeu iranien sont en train de fusionner. Des armes iraniennes ont récemment frapper Israel. 

La Russie demande à ce que tous les contingents étrangers quittent la Syrie. "C’est vague et ça demande des explications. Le processus de paix est bloqué, la Russie n’a pas intérêt à ce que cela s’envenime. Elle a son risque terroriste propre", explique le ministre des Affaires étrangères. 

Il n’y a qu’une proposition sur la table c’est celle d'Emmanuel Macron. 

Légende du visuel principal:
Jean-Yves Le Drian © Radio France
Les invités
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.