La forêt amazonienne est en flammes. Emmanuel Macron estime que Jair Bolsonaro, le président brésilien, est un "menteur" et que dans ces conditions la France ne ratifiera pas le traité de libre échange controversé UE-Mercosur. Faisons le point avec Christophe Ventura, chercheur à l'IRIS.

Le président français Emmanuel Macron et le président brésilien Jair Bolsonaro assistent à une réunion sur l'économie numérique au sommet du G20 à Osaka.
Le président français Emmanuel Macron et le président brésilien Jair Bolsonaro assistent à une réunion sur l'économie numérique au sommet du G20 à Osaka. © AFP / JACQUES WITT / POOL

"Jair Bolsonaro a menti"

Jair Bolsonaro est un "menteur", c'est le mot qu'a employé Emmanuel Macron hier. Le président de la République estime que son homologue brésilien n'a pas respecté ses engagements en faveur de l'environnement et a annoncé que, dans ces conditions, la France s'opposait au traité de libre-échange controversé UE-Mercosur. 

Compte tenu de l'attitude du Brésil ces dernières semaines, le président de la République ne peut que constater que le président Bolsonaro lui a menti lors du sommet d'Osaka. [...] Le président Bolsonaro a décidé de ne pas respecter ses engagements climatiques ni de s'engager en matière de biodiversité. Dans ces conditions, la France s'oppose à l'accord Mercosur en l'état. 

La forêt amazonienne est sous les flammes. Des incendies ravagent le "poumon de la Terre" depuis plusieurs jours déjà. L'Amazonie est en train de devenir un sujet diplomatique majeur aux multiples répercussions internationales. 

De nombreuses voix s'élèvent, dont des chefs d'Etats comme Justin Trudeau ou Angela Merkel, pour "parler de cette urgence". Les membres du G7 ont demandé à ce que ce sujet soit à l'ordre du jour du sommet de Biarritz. 

Réaction brésilienne 

Jair Bolsonaro accuse son homologue français de vouloir "instrumentaliser" le sujet "pour des gains politiques personnels". Il affirme : 

La suggestion du président français selon laquelle les affaires amazoniennes soient discutées au G7 sans la participation de la région évoque une mentalité colonialiste dépassée au XXIe siècle. 

Notre invité

  • Christophe Ventura, chercheur à l'IRIS et spécialiste du Brésil. Il explique : 

Cette catastrophe ne concerne pas uniquement Bolsonaro. Il doit le comprendre !

Attention. La déclaration d'hier ne veut pas dire grand-chose. Il est écrit 'en l'état'. Ce n'est qu'une déclaration politique pour l'instant.

Trump va très certainement faire, au G7, des déclarations qui vont dans le sens de Bolsonaro !

Les analystes sont unanimes. Les bouleversements écologiques éclatent, bouleversent et restructurent les formations politiques.

Les invités
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.