Le philosophe Alain Finkielkraut est l'invité de Léa Salamé.

Alain Finkielkraut
Alain Finkielkraut © AFP / LEONARDO CENDAMO / Leemage

Philip Roth, quel homme était-il ?

"C’était un homme assez semblable à ses livres, un tempérament assez fort, bagarreur ; il parlait fort, blaguait. Il pouvait être sévère dans les entretiens, parfois il me renvoyait mes questions. Il savait déconcerter ses interlocuteurs."

Ses manuscrits

"A partir de 1982, quand il avait fini un manuscrit, il l’envoyait à quelques amis dont je faisais partie. C’était une des modalités de notre échange."

La fin d’une certaine Amérique : "Son œuvre est tellement riche qu’on ne peut pas faire de lui le représentant de quoi que ce soit."

"Celui que je préfère, c’est Pastorale américaine. Mais je propose de lire Un homme, c’est tout un chacun face à la mort."

Un écrivain juif ?

"Lui disait qu’il était avant tout un écrivain américain, mais il a exploré toutes les contradictions du fait d’être juif américain."

"C’est peut-être le plus grand romancier d’Israël. Il était plutôt du côté de l’Israël laïc mais il donnait la parole aux adversaires, aux colons, aux autres, de manière extraordinaire."

Le sexe

"Il y a eu une violente campagne contre Philip Roth. Il n’était pas misogyne mais il n’a pas eu le Nobel à cause de cette supposée misogynie."

"Les attaques dont il a été l'objet dans la communauté juive ont été pour lui absolument terribles. C'était un homme à fleur de peau."

Les invités
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.