Dominique Schelcher, PDG de Système U est l'invité de Léa Salamé à 7h50. Il évoque la situation dans ses magasins en pleine période de confinement, et l'évolution des comportements au fil des jours.

Dominique Schelcher
Dominique Schelcher © AFP / JOEL SAGET / AFP

Comment sont protégés les salariés des magasins du groupe Système U, en première ligne puisque les Français doivent pouvoir continuer à faire des courses : "Nous avons installé, au niveau de nos hôtesses de caisse, du plexiglas pour avoir une protection lors du passage des clients. Et nous allons même plus loin : un certain nombre de magasins ont réduit leurs horaires d’ouverture pour permettre à nos collaborateurs de travailler en-dehors de la présence des clients, et donc en meilleure sécurité. Nous multiplions les dispositions jour après jour."

Ce qui manque à beaucoup de caissières notamment, ce sont des masques. Mais Dominique Schelcher assure que "c’est le sujet suivant". "Jusqu’à vendredi dernier, il y avait des réquisitions de masques en France, donc les commandes que nous passions étaient réquisitionnées pour le personnel de santé. Cette réquisition a sauté vendredi dernier, dans les prochains jours nous allons recevoir un certain nombre de masques. Nous avons plusieurs millions de masques en commande, dès que nous les aurons ils seront envoyés aux points de ventes."

Des comportements qui évoluent chez les clients

"Pour leur approvisionnement essentiel, les clients peuvent venir avec tout le civisme et le respect des règles nécessaires", explique Dominique Schelcher, rappelant au passage la nécessité de respecter les règles de sécurité. "En une semaine tout a changé : au début on assistait à des comportements surprenants et pas acceptables. Depuis, les gens ont pris conscience de la gravité de la situation, de l’importance de respecter les consignes mises en place pour tout le monde. Il y a maintenant une discipline, les gens ont compris qu’on allait vivre pendant plusieurs semaines dans cette situation, et que pour la sécurité de tous il fallait d'abord rester chez soi, et quand on sortait, être respectueux les uns des autres."

Ces comportements ont d'ailleurs provoqué des ruptures de stock rapides sur certains produits. Aujourd'hui, y'aura-t-il assez pour tout le monde ? Oui, assure le dirigeant : "Il n’y aura pas de pénurie brutale, mais il y a aujourd’hui un certain nombre de ruptures (parmi les secteurs en tension, il y a les pâtes, les œufs, le papier toilette). Elles s’expliquent par les achats massifs avant le confinement, par le fait que la restauration est fermée, donc les gens achètent plus pour manger à la maison. Chaque achat est plus important que d’habitude, que ce qu’on observait avant. Les choses sont en train de se stabiliser : il n’y a pas tout le choix de produits, mais il y aura l’essentiel des produits nécessaires."

La prime aux salariés dépendra de chaque patron de magasin

"Chez Système U nous sommes une coopérative de commerçants indépendants", rappelle le PDG du groupe. "Nous avons pris l’engagement du versement de la prime pour tous nos employés de la logistique, qui travaillent 24h/24 pour assurer l’approvisionnement des Français. Mais caque magasin est la propriété de son patron indépendant, il va lui appartenir à lui, dans le dialogue local et en fonction de ses possibilités, de s’assurer de pouvoir verser une prime. J'ai déjà un message de nombreux de mes collègues qui vont faire le geste adéquat."

Plusieurs gestes pour aider les petits producteurs

"J’ai eu dimanche matin Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, au téléphone. Nous avons abordé tous les points de tension qui préoccupent [les agriculteurs]", explique Dominique Schelcher. "Nous mettre en avant l’origine France sur les produits de saison. Et nous allons payer comptant les factures de tous nos fournisseurs, PME, TPE, qui livrent nos entrepôts, il n’y aura pas de temps d’attente. J’appelle d’autres entreprises à faire de même."

Les invités
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.