Le maire 'Les Républicains' de Tourcoing et coordinateur de la campagne de Nicolas Sarkozy est l'invité de Léa Salamé.

Gérald Darmanin pendant le meeting de Nicolas Sarkozy
Gérald Darmanin pendant le meeting de Nicolas Sarkozy © Getty / Bernard Menigaul

Le démantèlement de la jungle de Calais

"Enfin", lance Gérard Darmanin. "Enfin, pour le Calaisis et la région des Hauts-de-France". Le maire de Tourcoing se réjouit de l'évacuation organisée ce matin, et rappelle qu'il y aura plusieurs types de situations à traiter : les personnes qui ont été déboutées du droit d'asile, et qui doivent selon lui être reconduites à la frontière ; celles qui demandent l'asile en Angleterre, et qui devront y être conduites ; et celles qui demandent l'asile en France. "S'ils le font, ils seront bien accueillis dans nos communes, y compris à Tourcoing", assure-t-il.

La primaire de droite

Première pique à l'intention d'Alain Juppé, toujours en avance dans les sondages face à Nicolas Sarkozy, et à son soutien du centre, François Bayrou.

Il s'inquiète lui aussi d'une "confiscation" de la primaire par les électeurs de gauche. D'ailleurs, Gérald Darmanin avait évoqué le fait qu'il aurait "les noms et adresses" de ceux qui voteront.

Enfin, interrogé sur le fait qu'une majorité de Français semblent tout aussi hostiles à une candidature Hollande que Sarkozy, il assure que les attentats ont changé la donne, et que le retour de l'ancien président n'est plus du tout fantaisiste.

Les invités

L'équipe

Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.