Eugénie Bastié est l'invitée de Léa Salamé

Eugénie Bastié
Eugénie Bastié © Annah Assouline/OPALE

Eugénie Bastié, journaliste au Figaro, revient sur le mouvement #MeeToo, un an après son apparition : 

#MeeToo a eu du bon aussi, mais la libération de la parole est faussement révolutionnaire 

La journaliste s'insurge contre "cette libération de la parole qui instaure un messianisme progressiste" :   

Le récit qui dit que les femmes ont découvert la lumière dans les années 60, je n'y crois pas

Asymétrie du désir masculin et féminin

Eugénie Bastié sur le discours de Nathalie Portman : "C'est la dimension narcissique de l'injonction du désir, c'est 'moi moi moi' (...) Il y a une asymétrie du désir masculin et féminin, qu'on ne peut pas effacer" explique-t-elle, en avançant par exemple : "Il n'y a pas l'équivalent de l'érection intempestive chez les femmes."

Sur la pratique de la main aux fesses, évoquée dans son livre : " Je m'érige contre la victimisation excessive, qui fait que la femme doit être traitée comme une enfant."

Il faut hiérarchiser les violences, les souffrances (...) On finir par mettre toutes les violences dans le même sac  

"#MeToo est resté un mouvement des élites, je ne suis pas sûre que cela ait atteint les classes populaires" affirme la journaliste du Figaro.

Les invités
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.