Avec plus de 21% des voix, Marine Le Pen accède au 2ème tour de la présidentielle, 15 ans après son père. Jean-Marie Le Pen, président d'honneur du FN, est l'invité de Léa Salamé.

Jean-Marie Le Pen estime que sa fille, à la tête du FN, a fait une campagne présidentielle un peu trop "cool".
Jean-Marie Le Pen estime que sa fille, à la tête du FN, a fait une campagne présidentielle un peu trop "cool". © AFP / ALAIN JOCARD

Avec plus de 21% des voix, Marine Le Pen accède au 2ème tour de la présidentielle quinze ans après son père, qui se félicite du résultat : "C'est l'aboutissement de 45 ans de bataille politique", explique-t-il, tout en pensant que Marine Le Pen n'a pas joué ses meilleures cartes.

La solution pour le créateur du FN? Une campagne plus agressive, portées par des thèmes plus clivants que la sortie de l'Europe : "L'immigration massive ou le chômage auraient été des sujets plus efficace électoralement que le problème européen".

Que penser d'Emmanuel Macron? Jean-Marie Le Pen le tient pour "un coup de génie des socialistes", qui en ont fait un "personnage masqué, autour duquel on a imaginé une légende".

Sur le conflit qui a déchiré la famille Le Pen et qui a valu au fondateur du parti de se retrouver exclu par sa propre fille des instances dirigeantes du FN, Jean-Marie Le Pen joue la magnanimité :

J'ai un coeur de père, je peux subir beaucoup d'avanies et les pardonner

Et les vélléités de la benjamine Marion Maréchal-Le Pen, qui a laissé entendre vouloir arrêter son parcours politique? Pas question, dit le patriarche :

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.