Au lendemain de la nomination de Boris Johnson comme nouveau premier ministre du Royaume-Uni, le député conservateur Dominic Grieve est l'invité de Frédéric Métézeau. Juriste et ancien attorney général, le plus haut responsable judiciaire du royaume, il milite activement contre le Brexit.

Dominic Grieve
Dominic Grieve © AFP / Tolga Akmen

"D'un point de vue de la politique et de sécurité nationale, ce que ne sommes en train de faire à notre pays est très mauvais" explique Dominic Grieve : "Nous quittons un axe de la politique étrangère qui nous a donné une place dans le monde et une sécurité, que nous risquons donc de perdre".  

On devrait retourner au peuple et leur demander s'ils veulent [le Brexit] 

"Quitter l'UE dans un état de chaos, je ne pense pas que c'était le vote de 2016" poursuit l'ex-attorney général qui qualifie Boris Johnson est un "charlatan" : "C'est une opinion très partagée au Royaume Uni, notamment par les journalistes qui l'ont cotoyé [au début de sa carrière] quand il inventait des histoires (...) Il ne voit pas la distinction entre mensonge et vérité".

Dominic Grieve estime que Boris Johnson a "beaucoup d'éléments semblables à Mr Trump", mais aussi quelques différences : "Il a une très bonne culture et peut amuser les gens, mais ça ne change pas que [c'est quelqu'un ] à qui on ne peut pas se fier".   

"Vu comme il a commencé sa période de premier ministre, nous aurons peut-être des élections générales avant le 31 octobre", pronostique le juriste anglais qui pense que Johnson "voudra s'assurer une majorité pour partir à cette date" . Comment se comporter avec lui lors des négociations? "Je crois [qu'avec les autres dirigeants de l'UE], "ce sera une négociation à la Trump" prévoit déjà Dominic Grieve.

Les invités
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.