Guillaume Perrier, ancien correspondant du "Monde" à Istanbul, et Delphine Minoui, correspondante du "Figaro" au Moyen-Orient, réagissent à la réélection, en Turquie, du président Recep Tayyip Erdogan.

Alors que le président Recep Tayyip Erdogan a annoncé dès dimanche soir sa réélection à la tête de la Turquie, Delphine Minoui, correspondante du Figaro au Moyen-Orient raconte une nuit "très éprouvante pour l'opposition turque, qui avait cru à une victoire", et estime que la base du président réélu est encore solide, malgré les fraudes constatées sur place : 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pour Guillaume Perrier, "Erdogan a une maîtrise hors du commun du processus électoral" : "Il connaît chaque militant de chaque circonscription qu'il a lui même nommé (...) Il y a une grande lassitude, une crise mais tous ces obstacles, il a réussi à les renverser, grâce à son instinct politique hors du commun."

Erdogan est l'archétype du populiste du XXe siècle.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Les Turcs ont ils trouvé leurs opposants ? "Son principal opposant, Muharrem Ince, est parti la queue entre les jambes, sans même faire de discours dimanche soir. Une grosse déception pour les électeurs de l'opposition", estime Guillaume Perrier : 

Erdogan exploite de manière efficace les faiblesse de ses adversaires, et la grande faiblesse de l'Europe, c'est la crise des migrants.

Pour Delphine Minoui, "cette campagne électorale a tout de même prouvé la vitalité de la société civile".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

  • Légende du visuel principal: Erdogan © AFP / Aris Messinis
Les invités
L'équipe
Contact