Bruno Retailleau, sénateur de Vendée, président du groupe LR au Sénat, est l'invité de 7h50.

"Je l'ai trouvé sans doute plus tendu que d'habitude, mais aussi plus précis que d'habitude", a réagi Bruno Retailleau, président du groupe Les Républicains au Sénat au lendemain des annonces d'Emmanuel Macron. "ll a donné une perspective en donnant des échéances", a observé le sénateur de Vendée, invité de France Inter mercredi matin. "On est toujours un peu dans l'Absurdistan quand on voit pour les cultes, la limitation à 30 fidèles que ce soit dans une chapelle ou une grande cathédrale. Mais en tout cas, il y a une perspective." 

"La grande question, c'est de savoir ce qu'Emmanuel Macron fera demain, notamment en termes de méthode, pour reprendre le contrôle de l'épidémie", a ajouté Bruno Retailleau. "Ce qu'il n'a pas su faire durant ces neuf derniers mois, c'est toute la question de la méthode sur le dépistage, sur le traçage et sur l'isolement."    

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Vaccination : obligatoire pour les soignants ?

"C'est fondamental, ce sera un acte de générosité. Je me ferai vacciner, il faudra convaincre les Français qui sont les plus réticents", a estimé Bruno Retailleau à propos de l'arrivée des vaccins et de l'annonce d'un début de campagne vaccinale contre la Covid-19 d'ici la fin de l'année. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

"J’apporte une nuance : pour le personnel soignant, dans les Ehpad, je pense qu'il il faut vraiment qu’ils soient vaccinés, car ils peuvent être vecteurs d'introduction dans ces lieux clos, avec des personnes fragiles. Là, je pense qu’on peut se poser la question de l’obligation vaccinale. Engageons un débat, avec le personnel de santé. Mais quand je vois les Ehpad, ça peut être dramatique", estime Bruno Retailleau. 

  • Légende du visuel principal: Bruno Retailleau, invité de 7h50 le 27 novembre 2019 dans les studios de France Inter © Radio France / France Inter
Les invités
  • Bruno Retailleauchef de file des sénateurs Les Républicains, président de la région Pays de La Loire
L'équipe
Contact